La question et sa réponse

Que se passe-t-il durant une bulle spéculative ?

Rédacteur : Alexandre Delaigue

Une description synthétique inspirée de Rudiger Dornbusch peut aider à le comprendre. Elle vaut pour les devises, mais n’importe quel actif peut jouer le même rôle.
– Première phase : des spéculateurs à court terme qui recherchent de hauts rendements, ou des investisseurs exigeant une trop importante prime de risque, poussent la valeur d’une devise à un niveau insoutenable.
– Seconde phase : les gens qui suivent les tendances sur les marchés achètent, parce que les rendements ont été très élevés récemment; de ce fait, ils poussent la surévaluation à un niveau encore plus élevé, sur une si longue période que les économistes orthodoxes ne parviennent pas à l’expliquer.
– Troisième phase : des économistes très intelligents, étonnés par la durée de la surévaluation, développent des théories expliquant que cette fois-ci, les choses sont différentes, et que finalement, la surévaluation est peut-être cette fois vouée à durer éternellement et être soutenable.
– Quatrième phase : Les gens sur les marchés financiers continuent d’anticiper des hausses, encouragés par les théories sur la « nouvelle économie », qui justifient les rendements extrêmement élevés connus au cours de la période récente. La devise reste donc suspendue au dessus de son niveau normal encore plus longtemps.
– Cinquième phase : les acheteurs enthousiastes et les suiveurs de tendance finissent par se tarir; l’effondrement qui en résulte ressemble à celui d’un jeu à la Ponzi.

Moralité : la phrase la plus dangereuse qu’il soit possible de prononcer en économie est probablement, comme le rappelle Kenneth Rogoff, « cette fois c’est différent ». Cette phrase signifie bien souvent que l’on est à la troisième phase – celle durant laquelle la surévaluation a duré si longtemps que l’on commence à rechercher des explications type « la réalité n’existe pas ».

Print Friendly