La question et sa réponse

Qu’est-ce que l’égalitarisme ?

Rédacteur : Alexandre Delaigue

L’égalitarisme consiste dans l’assimilation de la justice à l’égalité. Une société juste serait une société dans laquelle les individus sont égaux. Cette conception fait naître cependant de nombreuses questions. La principale étant égaux en quoi? Le fait est qu’en pratique, les individus qui composent une société sont différents. Créer l’égalité nécessite donc une démarche volontariste, nécessitant de déterminer la forme que doit prendre l’égalité dans une société juste.
Une première conception égalitariste est celle de l’égalité des chances. Cette égalité des chances revient à créer une société méritocratique. Chaque individu est placé à égalité avec les autres sur la ligne de départ, et les différences entre individus ne reflètent que les qualités propres. La méritocratie est une forme de justice très présente dans les sociétés modernes, mais se heurte à deux obstacles. Premièrement, l’égalité initiale parfaite est tout simplement irréalisable. Le milieu familial dans lequel on est élevé par exemple conditionne la réussite ultérieure. L’établissement de l’égalité des chances doit-il aller jusqu’à chercher à supprimer cette inégalité initiale? Cela signifierait ôter les enfants de leurs parents dès leur plus jeune âge pour les soumettre à une éducation unique, la même pour tous. Difficilement acceptable ou réalisable. Par ailleurs, une société purement méritocratique serait tout simplement invivable. Si dans une société le degré de réussite individuelle est uniquement fonction de nos capacités personnelles, dans ce cas avoir une réussite médiocre signifie qu’on porte des tares irrémédiables. L’injustice et le hasard ont cet effet positif que de permettre à chacun de lier sa réussite non seulement à ses capacités personnelles, mais aussi aux atouts initiaux dont l’on disposait et à la chance qu’on a eue. Une société méritocratique aboutirait à faire disparaître ces éléments, faisant de l’échec le seul résultat des insuffisances personnelles. Situation difficile à vivre qui donne le sentiment non seulement d’avoir raté sa vie, mais en plus d’être le seul responsable de cet échec. Un poids bien lourd a porter.
Une autre forme d’égalité est l’égalité des résultats, donc l’égalité assurée a posteriori et garantie à tous. Même revenu pour tous, mêmes satisfactions. Encore une forme de société finalement peu satisfaisante. Comme le montre Tocqueville, les individus cherchent à se distinguer les uns des autres. Une société dans laquelle l’égalité des revenus est assurée (par exemple) deviendrait de ce fait une société profondément inégalitaire, les inégalités se reportant sur d’autres dimensions. C’est l’exemple des sociétés socialistes dans lesquelles l’égalité des revenus était pratiquement réalisée, mais dans lesquelles la distinction s’opérait dans la capacité à bénéficier de divers biens (vacances en Bulgarie, accès à certains magasins, etc).
Même si l’égalité n’est pas un critère de justice suffisant, il n’en reste pas moins que toute forme de justice requiert une certaine forme d’égalité. Si les hommes veulent se distinguer, il n’en reste pas moins que les inégalités sont considérées comme sources de mécontentement. La question étant alors celle de la forme que cette égalité doit prendre, et des moyens d’y parvenir, et dans quels domaines (et jusqu’à quel point) des inégalités doivent subister.

Print Friendly