La question et sa réponse

Les accords régionaux : libéralisation ou protectionnisme ?

Rédacteur : Stéphane Ménia

Le développement des blocs régionaux (UE, AELE, ALENA, ASEA, APEC etc. ) pose problème pour les partisans du libre-échange, comme du protectionnisme. D’un côté, on peut les considérer comme un moyen progressif d’atteindre le libre-échange mondial. D’un autre côté, leur fonctionnement porte atteinte aux principes de l’OMC et le risque d’un accroissement du protectionnisme existe.
En pratique, l’OMC accepte l’existence d’accords régionaux à condition qu’ils ne soient pas à l’origine d’un renforcement de la protection à l’égard des pays non membres de l’accord. La pratique réelle des accords régionaux est ambiguë.

Arguments en faveur d’une évolution vers le libre-échange :
- possibilité de création de commerce
- si, fondamentalement, les échanges sont régionaux (à cause de la distance par exemple), réduire les droits de douane à l’intérieur d’une zone seulement favorisera la hausse des échanges internationaux.
- Les bons résultats d’une zone de libre-échange peut inciter l’adhésion de nouveaux pays et accroître ainsi le degré de libre-échange au niveau mondial.

Arguments défavorables à une évolution vers le libre-échange :
- risque de détournement de commerce
- la constitution de grands blocs a une influence sur le pouvoir de négociation de chacun. L’affrontement entre grands blocs rend possible des guerres commerciales.

Print Friendly