La question et sa réponse

Qu’est-ce qu’un chômeur ?

Rédacteur : VC

Pour le BIT, c’est un individu qui est dépourvu d’emploi, à même de travailler, chercher un travail rémunéré, être en quête effective de ce travail. Pour l’ANPE, il s’agit de celui ou celle qui déclare être à la recherche d’un emploi à temps plein et à durée indéterminée, ayant éventuellement exercé une activité occasionnelle ou réduite d’au plus 78 heures dans le mois. C’est ce qu’on appelle les demandeurs d’emplois de la catégorie 1.
Discutable pour représenter la réalité du chômage? En fait c’est plus compliqué que cela : il n’y a pas de définition parfaite du chômage. Ainsi, si chaque soir après la sortie du bureau à 18h00 je suis prêt à travailler un peu pour arrondir mes fins de mois, suis-je un demandeur d’emploi ? Oui au sens littéral : je demande bien un emploi. Non au sens des statistiques officielles : on comprend bien pourquoi ce type de cas ne représente pas du ‘vrai chômage’. Certes le nombre de personnes mécontentes de leur situation vis-à-vis de l’emploi ne se limite pas aux chômeurs : il y a ceux qui aimeraient travailler plus (passage d’un temps partiel à un temps plein), ceux qui travaillent mais qui aimeraient faire autre chose, ceux qui bénéficient d’aides – de leur entreprise notamment – pour ne pas chercher d’emploi (preretraités), et tout ceux qui ne supportent plus leur voisin de bureau – mais pas assez pour donner leur démission et s’incrire à l’ANPE. On peut trouver une infinité d’exemples : plus on élargit la définition du  »mécontentement vis-à-vis de l’emploi » plus on arrive a un nombre important de personnes. Qui, d’une façon ou d’une autre, n’a pas de reproche à faire à son travail ou aux conditions dans lesquelles il s’exerce ?? Il existe aussi des personnes qui voudraient travailler, mais, pour une raison ou une autre (ils sont isolés, gardent leurs enfants, ont des difficultés importantes d’accès à l’emploi) ont renoncé à chercher un travail. Par définition, ils ne demandent pas d’emploi : ce ne sont donc pas des chômeurs. Mais il est clair que leur situation vis-à-vis de l’emploi n’est pas parfaite. Dans ce bas monde, rien ne l’est, d’ailleurs (pas même les marchés, ma bonne dame!). Mesurer le chômage n’est donc pas simple. Si on pousse plus loin la réflexion, c’est sur des analyses bien plus larges que l’on débouche: statut du travail comme fondement du lien social, pauvreté et travail, nature du concept d’exclusion, sens du terme « activitésociale » etc. Ce petit texte n’a pas vocation à aller aussi loin : mais ceux qui s’occupent sérieusement de ces sujets ne peuvent pas s’arrrêter au seul chiffre du chômage. Le marché de l’emploi est divers et varié, le ‘marché du non emploi’ l’est encore davantage…

Ceci n’enlève pas son intérêt au chiffre des demandeurs d’emploi : il mesure le nombre de cas pour lesquels la situation vis-à-vis de l’emploi est la plus insatisfaisante. Par ailleurs ses évolutiuons à la baisse – surtout lorsqu’elles sont considérables comme sur la période mi-1997 à début 2001, avec un million de chômeurs en moins – marquent clairement une amélioration de la situation des demandeurs d’emploi.

Liens utiles:
Ministère de l’emploi
OIT

Print Friendly