La question et sa réponse

Qu’est-ce que l’effet d’encaisses réelles ?

Rédacteur : Stéphane Ménia

L’idée, due à Pigou, reprise par Patinkin, est la suivante : contrairement à ce qu’avance la théorie néoclassique, les variations du niveau général des prix ne sont pas sans effet sur les demandes des agents, elles ont une influence sur le marché des biens.

Patinkin suppose que les agents veulent toujours détenir une quantité de monnaie réelle pour un motif de précaution, lié à l’incertitude sur le décalage dans le temps de leurs recettes et dépenses. La monnaie est donc intégrée à leur fonction d’utilité. C’est la valeur réelle des encaisses qui importe, le niveau des prix est par conséquent lui aussi intégré à la fonction d’utilité des consommateurs.

Ainsi, lorsque le niveau des prix augmente, de manière exogène, les agents refont leur calcul de consommation optimale, les prix relatifs sont modifiés puisque le niveau des prix fait partie des prix de référence. L’enchaînement est le suivant. Les prix augmentent. Les encaisses réelles détenues (Md/P) diminuent en dessous de la valeur que les agents souhaitent détenir. Ils demandent donc plus de monnaie (Md augmente). Comme ils utilisent une partie de leur monnaie pour reconstituer leurs encaisses réelles, ils demandent moins des autres biens. La demande de biens et services diminue.
Il y a donc un effet d’une variation du niveau général des prix sur le marché des biens et services. Ce qui est contraire à l’hypothèse de neutralité de la monnaie. Cependant, cet effet est transitoire. Comme la demande de biens et services diminue, leur prix diminue (P diminue). Les agents se retrouvent dans une situation où ils ont un excès d’encaisses réelles par rapport à ce qu’ils désirent détenir. Le mécanisme inverse se met en marche : ils demandent moins de monnaie, plus de biens, les prix augmentent jusqu’au niveau de la première hausse. L’effet a été transitoire. Dans le long terme, tout ce qui subsiste est la hausse des prix consécutive à la hausse de la masse monétaire. Les résultats de la théorie quantitative de la monnaie sont conservés.

L’effet d’encaisses réelles est donc un processus temporaire. Il reste à savoir quel est sa puissance et quel est la vitesse d’ajustement durant le processus. C’est justement ce qu’il est difficile de savoir…

Print Friendly