La question et sa réponse

Pourquoi dit-on que la TVA a un impact négatif sur les producteurs alors qu’elle est payée par les consommateurs ?

Rédacteur : VC

Si vous voulez l’analyse économique standard de l’impact de la TVA, voici comment faire (là encore, un graphique sera assez utile).
Prenez le marché d’un bien quelconque matérialisé par une courbe d’offre et de demande.
L’introduction d’une TVA conduit à un déplacement vers le haut de la courbe d’offre du bien. Celle-ci est multipliée par 1/(1+t) si t est le taux de TVA. Il en résulte un déplacement de l’équilibre du marché : celui-ci se fixe à un niveau de prix plus élevé et une quantité produite et consommée moins élevée.
Mais, et c’est un point crucial de l’analyse, le nouveau prix (TTC) ne sera pas égal à l’ancien prix (avant taxe) plus la TVA : il sera inférieur. Si on a donc : p prix du produit avant introduction de la taxe. (1+t)p prix qui résulterait de l’application directe du taux de taxe sur l’ancien prix avant taxe. p* nouveau prix d’équilibre (TTC)
on a p < p* < (1+t)p (1)
QU’est-ce que cela signifie? après introduction de la taxe, chaque produit vendu rapportera au producteur p*, mais il devra reverser à l’État le montant de la TVA. Il lui restera alors p*/(1+t) (valeur du prix hors taxe) qui est d’après (1) plus petit que l’ancien prix qui prévalait avant l’introduction de la taxe.
Que veut dire tout ce jargon? Que contrairement à une idée commune, ce ne sont pas les consommateurs uniquement qui paient les taxes sur le prix de vente des produits. Mais ce sont les producteurs également, qui doivent répercuter une partie de la taxe dans leurs profits. Et qui subissent de plus une diminution du volume de leurs ventes. La part relative payée par producteurs et consommateurs de la TVA se calcule ensuite assez bien, et dépend en fait de l’élasticité de la demande par rapport au prix, donc de l’existence ou non de produits de substitution. Plus la demande est élastique, plus le producteur paie la taxe; plus elle est inélastique, plus le consommateur paie de taxe.
un exemple : lors de la récente hausse de TVA, on a constaté effectivement une hausse des prix, mais largement inférieure à celle qui aurait prévalu si l’on avait répercuté intégralement la taxe dans les prix. Que s’est-il passé? Les vendeurs (notamment les grandes surfaces) ont répercuté en grande partie la hausse dans leurs marges, étant donné le caractère concurrentiel de leurs marchés. (ce qui est piquant, avec cette analyse, c’est qu’on montre de la même façon qu’une baisse de la TVA aurait exactement le même effet : une très faible baisse des prix. Les bonnes âmes qui nous bassinent avec l’impôt injuste et considèrent qu’il faut le baisser se trompent donc lourdement, tout ce qu’on y gagnerait, ce sont des vendeurs enrichis et des consommateurs dans la même situation qu’avant, avec une dégradation des finances publiques).

Print Friendly