Note de lecture


La théorie économique néoclassique, tome 2
Bernard Guerrien (2000)

Après avoir lu le tome 1 de « la théorie économique néoclassique », je m’interrogeais sur l’intérêt que pouvait bien présenter la théorie dominante en économie. A la lumière du second tome, la réponse semble claire : aucun intérêt.
Commencée dans le tome 1, la destruction en règle de l’édifice néoclassique est terminée dans cette partie qui aborde la nouvelle macroéconomie néoclassique et la théorie des jeux. Dire qu’elle est terminée ne signifie pas qu’elle est convaincante. Le premier tome était irréprochable, pertinent. Bizarrement, celui-ci tombe dans des travers heureusement évités précedemment. Il n’est pas aussi complet et est nettement moins « honnête ». Si un étudiant en Sciences économiques lit ceci, je ne lui donnerai qu’un conseil à l’aune de la lecture de Guerrien : tu prends tes cliques et tes claques et tu te casses vite fait préparer l’expertise comptable (Je sais, même sans le livre de Guerrien, c’est de toute façon une bonne idée…).
Les modèles de cycle réels ? Des histoires. Les modèles de croissance endogène ? Des histoires. Les modèles à générations imbriquées ? Des histoires. Tout n’est qu’histoires, d’après l’auteur. La théorie des jeux s’en sort mieux car elle raconte des histoires tristes (en mettant l’accent sur la complexité de l’analyse des interactions entre individus). Mais elle n’apporte finalement pas beaucoup de repères utiles, tant les situations qu’elle analyse sont multiples et les résultats systématiques difficiles à obtenir.
Guerrien a raison (à mon sens) de contester certaines attitudes, au premier rang desquelles l’obsession de donner des fondements microéconomiques à la macroéconomie. Mais est-il normal de continuer à tirer à boulets rouges sur les auteurs qui, faisant fi des canons méthodologiques en vigueur, introduisent une forme de réflexion ad hoc dans leurs travaux (pensons aux externalités dans les modèles de croissance) ? Si c’est pour souligner le manque de cohérence des modèles d’une école qui revendique, même lorsqu’elle prend d’autres routes, une rigueur exemplaire, pourquoi pas ? Si c’est pour combattre des biais idéologiques qui mènent à construire des modèles où la fabrication du tout à partir de l’individu est pure façade, en ce sens que l’agrégation ne se fait jamais, alors il a raison aussi. Mais quelques remarques s’imposent.
D’abord, il considère que la rigidité méthodologique des néoclassiques est une tare, tout en faisant preuve d’une absence totale d’ouverture. Semblant regretter le carcan de la cooptation chez les économistes, qui passe par le respect des principes du paradigme, il condamne toute attitude qui s’approcherait de l’introduction d’un cheval de Troie, fut-il peu virulent.
Ensuite, où sont les nouveaux keynésiens ? Si Lucas et Barro sont souvent cités, on n’entend pas parler de la longue liste d’économistes actuels allant de Stiglitz à Mankiw, en passant par des Krugman ou autres pensionnaires du MIT. Ils sont des auteurs néoclassiques, se revendiquent comme tels, même si le message qu’ils ont à faire passer sur l’optimalité et le fonctionnement de l’économie de marché est très différent de celui des nouveaux classiques.
Concernant par exemple les modèles de cycles d’affaires réels, une question méthodologique à leur sujet, pourtant centrale, n’est pas même évoquée : peut-on dire qu’un modèle irréaliste est néanmoins utile ? Les auteurs de cette école pensent que oui (ils pensent même pour certains que ce qu’ils font est réaliste, mais là ils font rire tout le monde). D’autres, comme Bernard Guerrien a priori, pensent que non. Ce débat, déjà ancien, n’est pas tranché. Même si le bon sens suggère qu’un modèle très irréaliste n’est pas pertinent (et même si je ne suis pas moi-même très à l’aise face à ce genre de modèles), il faut se garder de jugements hâtifs. Surtout, il serait plus correct d’expliquer au lecteur pourquoi , même à tort, certains économistes travaillent de la sorte, sans qu’on puisse dire d’eux qu’ils racontent des fables sans intérêt.
Bien d’autres choses, dans le même ordre d’idées, laissent à désirer dans ce livre. Je n’ai fait ici qu’en esquisser une critique très sommaire. Retenons tout de même le message principal qui en ressort : en voulant fonder une théorie économique sur la base de l’individu, la théorie néoclassique se moque du monde, car elle construit des modèles qui représentent l’archétype d’une économie centralisée, n’analyse jamais ou presque les échanges (dans ses modèles où Robinson seul sur son île est souvent le héros), ne peut parvenir à agréger les comportements individuels correctement (dans la ligné du théorème Sonnenschein-Mantel-Debreu) et s’accroche à son seul résultat : la possibilité d’existence d’un équilibre général doté de bonnes propriétés. Mais finalement, tout était déjà contenu dans le tome 1 (ce qui n’est pas très étonnant dans la mesure où tout ou presque dans la théorie néoclassique se ramène à la microéconomie).
La conclusion du livre, très virulente sur la qualité et l’organisation de la recherche, est symptomatique de l’attitude de certains mathématiciens venus à l’économie (Guerrien est docteur en maths et en éco) avec l’espoir d’y faire des choses intéressantes et finalement écoeurés par une forme de scientisme aux fins idéologiques. Cela peut se comprendre. Mais on peut se demander s’il ne finit pas par jeter le bébé avec l’eau du bain.
Stéphane Ménia
27/02/2001

Bernard Guerrien, La théorie économique néoclassique, tome 2. , La découverte, 2000 (7,55 €)

Print Friendly