Note de lecture


La nouvelle macroéconomie keynésienne
H. Lamotte & J.P. Vincent (1997)

Les « Que sais-je ? », il y en a des bons et des moins bons. Celui-ci est un bon. Il raconte l’histoire de ces économistes tout tristes que l’on dise que Keynes est mort, que les prix s’ajustent toujours instantanément, que les chômeurs sont des gens qui ne veulent pas travailler au salaire courant et que la seule chose qu’un ministre des finances et une Banque Centrale aient à faire est de fixer des règles de politique économique pour un bon moment. En plus d’être tristes, ils étaient vêxés par leurs collègues de « La nouvelle macroéconomie classique » qui, eux, faisaient des modèles mathématiques très sophistiqués, avec des agents moins bêtes que ceux des keynésiens (parce que dotés d’anticipations rationnelles), en partant du comportement des gentils agents économiques pour construire leur économie (ce qu’on appelle individualisme méthodologique et n’était pas vraiment la voie utilisée par les papis keynésiens). Alors, ceux qu’on appelle les nouveaux keynésiens, ont décidé de s’y mettre aussi, et de donner des fondements microéconomiques à leurs analyses macroéconomiques.
En bonus, vous aurez un chapitre sur les nouvelles théories du commerce international et de la croissance. Les auteurs précisent bien que cela ne relève pas vraiment de la nouvelle macroéconomie keynésienne, mais que l’on peut néanmoins les relier à cette école. Ce n’est pas forcément un choix heureux. Enfin, y a du rab, on va pas se plaindre non plus…
Je conseille aussi, plus long et de bonne qualité (opinion forgée après une première lecture en diagonale), le mémoire de DEA de Frédéric Colard, « Les nouveaux keynésiens », disponible en ligne. Il remplacera avantageusement cet ouvrage pour ceux qui ont un peu plus de temps ou veulent économiser le prix du livre. Mais n’oubliez pas, il faut acheter des livres chez PUF, sinon ils vont fermer…
Stéphane Ménia
26/12/1999

H. Lamotte & J.P. Vincent, La nouvelle macroéconomie keynésienne. , PUF, 1997 (7,13 €)

Print Friendly