Note de lecture


Coordination Games
Russel Cooper (1999)

Je pensais faire une chronique habituelle de ce bouquin (quelques commentaires et basta). Je pense que je vais chercher à pondre un résumé un peu plus consistant et vulgarisé. D’ores et déjà, on peut dire de quoi il est question. Il s’agit, à partir de la théorie des jeux, de développer des modèles macroéconomiques qui mettent en évidence le phénomène de « défaut de coordination » cher à l’analyse keynésienne. Exemple basique : lorsque les entreprises prennent leurs décisions de production et d’emploi, elles ne perçoivent pas à leur niveau que leur action va déterminer le niveau de demande de bon nombres d’agents et leur demande propre à un moment ou à un autre. Lorsque toutes les entreprises ignorent ce fait (ce qui est naturel d’un point de vue individuel), il se peut que l’économie subissent une récession qui n’avait rien d’inéluctable.
Attention : beaucoup de maths. A éviter sur la plage. Feuille de papier et crayon en main conseillés pour les individus dotés d’une intelligence standard. J’ai du papier et des stylos chez moi, tout va bien…
Stéphane Ménia
10/06/2000

Russel Cooper, Coordination Games. , Cambridge University Press, 1999 (environ 21 €)

Print Friendly