Note de lecture


L’économie des inégalités
Thomas Piketty (1999)

Ce livre a de nombreuses vertus. Sa clarté d’abord. C’est ce qui frappe en premier lieu. Mais au delà, c’est la rigueur du raisonnement qui est primordiale. Sur pareil sujet, il ne faut pas se jeter la tête la première dans les clichés usuels. Les capitalistes exploitent les prolétaires ? Peut-être. Et pourtant, ceux qui, depuis quelques années, sont toujours plus riches, alors que les autres sont toujours pauvres, ce sont des travailleurs. L’inégalité, c’est bon pour la croissance ? Eh bien, ça dépend. Faut voir. Imposer une redistribution via la fiscalité n’est pas forcément une mauvaise chose pour tous lorsque les marchés ne fonctionnent pas comme dans une fiction walrasienne (des marchés parfaits). Le salaire minimum encourage la substitution du capital au travail ? Pas forcément. Les plus riches sont ceux qui ont les taux d’imposition marginaux les plus élevés ? Pas du tout. Pour redistribuer les revenus, que faut-il faire ? Qui les syndicats défendent-ils ? Sont-ils, historiquement, des parasites notoires ou des acteurs légitimes de la redistribution ?
C’est le fouilli tout ça. Pourtant, avec Piketty, ça se goupille assez bien. D’abord rappeler les faits, mesurer les inégalités et leur évolution contemporaine. Ensuite, expliquer les mécanismes « socio-économiques » de l’inégalité. Inégalités entre capital et travail, inégalités entre catégories de travailleurs. Enfin, se demander quels outils privilégier pour répondre à quels types d’inégalités, dans quelles circonstances. Et hop… Une brillante revue de la littérature sur le sujet, bouclée en 120 pages (écrit petit, c’est vrai, mais bon…).
Encore un travail d’expert austère ? Même pas… Tout au long du livre, l’auteur remet en perspective les enjeux politiques du sujet, histoire de montrer en quoi les oppositions sont certes doctrinaires, mais toujours justifiables sur des désaccords plus scientifiques, dans un domaine où la difficulté d’établir des mesures empiriques fiables peut laisser une place considérable aux convictions personnelles.
A noter : plus technique et plus circonscrite, cette revue de la littérature sur les inégalités et la croissance, disponible en ligne, sur le site du CEPREMAP.
Stéphane Ménia
05/01/2000

Thomas Piketty, L’économie des inégalités. , La découverte, 1999 (7,55 €)

Print Friendly