Note de lecture


Le dilemme du prisonnier
William Poundstone (2003)

Ce livre est en réalité trois livres à la fois. Il s’agit d’une histoire de la guerre froide et de la dissuasion nucléaire, vue sous l’angle de la théorie des jeux, c’est aussi le récit de la vie et de la personnalité de Von Neumann, le mathématicien qui en développa les fondements (et devait jouer un rôle considérable en matière de dissuasion, et qui a inspiré en partie le personnage du « docteur Folamour »); c’est enfin et surtout une présentation illustrée historiquement des bases de la théorie des jeux.
Le livre présente en parallèle historique la vie et la carrière scientifique de Von Neumann, le déroulement de la guerre froide et ses principaux moments (la question de l’attaque préventive sur l’URSS, la course aux armements, la crise des missiles de Cuba, la coopération internationale et le désarmement); ce fond historique est utilisé pour présenter successivement les notions de base de la théorie des jeux (jeu à somme nulle, théorème du maximin, théorème de Nash, dilemme du prisonnier, stratégie du « donnant-donnant »…). L’ensemble se lit très bien et constitue une première approche intéressante de la théorie des jeux, susceptible d’intéresser les personnes ne disposant pas de connaissances sur le sujet. Le gros avantage du livre est de n’être pas du tout formalisé, ce qui en fait une lecture tout public très accessible.
Les gens qui connaissent déjà la théorie des jeux, quant à eux, s’intéresseront aux aspects historiques du livre : ils y découvriront comment la théorie des jeux permet de formaliser des situations historiques, et la redécouvriront dans le contexte de la guerre froide. C’est le double intérêt de ce livre : pour ceux qui ne connaissent pas le sujet, il s’agit d’une introduction très satisfaisante à la théorie des jeux, sans la moindre formalisation. Ceux qui la connaissent découvriront comment la théorie des jeux a servi à caractériser et illustrer les réflexions en matière de stratégie de dissuasion, comment elle a servi à formaliser et élaborer la stratégie en matière d’emploi des armes nucléaires. On y découvrira enfin le récit de la guerre froide et des moments ou elle a failli basculer.

Ce livre n’est pas sans défauts : on lui reprochera par exemple d’insister parfois trop sur les aspects anecdotiques de la personnalité de Von Neumann (ses rapports avec son épouse, sa propension à boire avec excès…). Certains pourront apprécier cette dimension « people » du livre, d’autres se demanderont quel est l’intérêt de ce genre d’aspects. On lui reprochera aussi – c’est la rançon de la simplicité – un simplisme parfois excessif, qui conduit à présenter les modèles de la théorie des jeux et les évènements historiques sous un regard un peu schématique. Cependant, on ne fera pas la fine bouche : c’est une lecture très honorable, très riche en information, une excellente introduction illustrée à la théorie des jeux, dans laquelle chaque lecteur, spécialiste ou profane, pourra trouver un intérêt. En bref, donc, une lecture on ne peut plus recommandable.

Alexandre Delaigue
25/02/2005

William Poundstone, Le dilemme du prisonnier. Von Neumann, la théorie des jeux et la bombe., Cassini, 2003 (15 €)

Print Friendly