Note de lecture


Les retraites
F. Legros & J.-L. Guérin (2003)

La collection « Idées reçues » fait partie de ces séries d’ouvrages que l’on finit par lire par habitude. Petit format, bonne qualité au rendez-vous, prix d’un ciné, pourquoi se priver ? Avec « Les retraites », j’étais vraiment dans cette logique. Car, après des tonnes de pages lues sur le sujet, après avoir constaté dans la réalité qu’il faudra aller bosser plus longtemps que prévu, que voir de neuf sur le sujet ? Pas grand chose au demeurant. Mais voilà… en plus des questions d’achat réflexe je cherche encore l’ouvrage de synthèse parfait sur ce thème. Celui où les choses s’enchaîneraient dans une fluidité inégalable, qui articulerait les considérations techniques et politiques de façon transparente pour le lecteur, qui supprimerait la sensation de catalogue des aspects pour les fondre dans une problématique définitivement limpide. A ce jour, j’ai pu lire de bons, voire de très bons ouvrages sur le thème, mais la quête continue. Je souhaitais néanmoins mentionner ce texte, car il est bien tourné et, d’une certaine manière, se situe dans la logique de mes préoccupations.

Je ne développerai pas le contenu du livre, dans la mesure où il n’apporte rien de nouveau conceptuellement. Son intérêt résidant dans la méthode de rédaction. L’articulation autour des idées reçues apporte encore une fois une structure d’ensemble originale. Les auteurs sont par ailleurs deux véritables spécialistes des questions de retraites. Ils parviennent à mobiliser dans leur ouvrage la boîte à outils de l’économiste appliquée aux retraites et à en extraire une synthèse très satisfaisante dans la mesure où elle ouvre sur des concepts qui peuvent s’avérer ardus, mais qui sont incontournables si on veut aller un peu au delà des banalités. Un glossaire en fin d’ouvrage éclaire le lecteur sur certains termes techniques. Les données chiffrées sont choisies à bon escient. Le cheminement logique de chaque chapitre est bon. L’efficacité de la rédaction est certaine. Le panorama des aspects abordés est assez complet. Chaque idée est brièvement commentée ou critiquée, juste ce qu’il faut, vu le format du livre. On remarque aussi le souci de conclure chaque chapitre par un court paragraphe dont la vocation est de dire en deux mots si oui ou non l’idée reçue est finalement recevable. Un seul regret, ou plutôt une mise en garde selon l’optique de lecture, le peu de place explictement réservé aux solutions possibles. Pour se faire une idée des réformes à mettre en oeuvre, il faut souvent extrapoler. Le livre se situe plus dans une optique diagnostic-mécanismes. Bref, même si les auteurs évoquent nécessairement les réformes, l’ouvrage n’est pas un « guide de la réforme des retraites ». A préciser aussi si nécessaire, il n’y a aucune équation dans l’ouvrage. Ce qui est normal dans cette collection.

Le message global de l’ouvrage est définitivement modéré. Si vous avez des convictions radicales en matière de retraites, il ne vous apportera aucune forme de jubilation. Paru en septembre 2003, il prend acte de la réforme Fillon, sans développements spécifiques à ce sujet. Il est plutôt bienveillant à son égard, dans la mesure où elle est présentée comme une initiative qui, quoi qu’on en pense, a le mérite de montrer que réformer le système de retraites français est possible. Dans la lignée de nombreux commentaires à sa suite, il n’en fait pas pour autant un modèle du genre, soulignant explicitement ou implicitement qu’elle est limitée et ciblée.

Si vous débarquez dans la sphère du débat sur les retraites, cet ouvrage est un bon point d’entrée non technique. Il est également exploitable par des étudiants de 1er cycle ou non spécialistes en 2nd cycle, dans le cadre des leurs études.

Vous trouverez sur cette page la table des matières et d’autres informations sur les auteurs. Un chapitre est disponible en ligne à cette adresse.

Stéphane Ménia
07/11/2004

F. Legros & J.-L. Guérin, Les retraites. , Le Cavalier Bleu, collection Idées Reçues, 2003 (8,45 €)

Print Friendly