Alexandre Delaigue

Paul Samuelson est mort

Un beau jour de la fin des années 30, un étudiant soutenait sa thèse doctorale à l’université d’Harvard. Son travail était exemplaire d’une nouvelle tendance, d’une jeune génération d’économistes qui appliquaient les techniques mathématiques récentes (programmation linéaire, calcul intégral, topologie algébrique) à l’économie. Lorsqu’il eut terminé sa soutenance, Joseph Schumpeter se tourna vers Wassily Leontieff avec un large sourire et lui demanda : « well, Wassily, have we passed? ». Cet étudiant était Paul Samuelson, qui à 22 ans soutenait sa thèse sobrement intitulée « fondations de l’analyse économique ».

Intituler sa thèse, à l’âge de 22 ans, « foundations of economic analysis », traduit un certain manque de modestie. Mais quelques années plus tard, lorsque celle-ci devait être publiée sous la forme d’un livre sous le même titre, Paul Samuelson était l’économiste le plus important de sa génération, probablement même de toute la seconde moitié du 20ième siècle. Une dizaine d’années auparavant était paru l’autre livre d’économie le plus influent du 20ième siècle, la théorie générale de Keynes. Il suffit de comparer les deux ouvrages pour voir à quel point l’économie avait changé entretemps. L’ouvrage de Keynes est écrit en style littéraire, bourré de contradictions et de fulgurances; Les « fondations » de Samuelson sont écrites en langage mathématique et précis, et ce que l’on y trouve repose sur la substance, pas sur le style.

Samuelson avait effectivement posé les fondements de ce qu’allait être l’analyse économique à partir de lui, pour le meilleur et pour le pire. Sa méthode caractérise la technique de l’économie néoclassique qu’il a inaugurée, et qui s’est généralisée depuis, et que Solow – son camarade de Harvard, avec lequel il devait écrire de nombreux travaux : Pour n’importe quel problème économique, 1- réduire le nombre de variables et ne conserver qu’un ensemble limité de relations économiques simples; 2- le réécrire sous la forme d’un problème d’optimisation sous contrainte.

Muni de sa méthode, il s’est attaqué à tout ce que les économistes avaient écrit, et l’a reformulé dans ce langage, au point que de nombreux résultats théoriques de l’analyse économique moderne portent son nom, avec celui de ceux dont il a traduit les intuitions. Il est vain de présenter de façon exhaustive ses travaux : plus de 550 articles publiés, plusieurs livres, dont un manuel d’économie réédité près d’une vingtaine de fois qui a formé des générations d’étudiants et dont la méthode inspire encore tous les manuels produits aujourd’hui. Il est célèbre pour avoir déclaré : « let those who will – write the nation’s law-if I can write its textbooks ».

En microéconomie, on lui doit la théorie de la préférence révélée, la mesure et l’intégrabilité de l’utilité, l’utilisation de la statique et de la dynamique comparative, les fondements de la théorie de l’équilibre général, les fonctions d’utilité sociale, la prise en compte des biens publics, la théorie moderne de la production, des fonctions de coût, la théorie du capital (qui a donné lieu à une célèbre controverse, dite « des deux Cambridge », avec Joan Robinson; lors d’une conférence, dans laquelle celle-ci était présente, il aurait déclaré : nous savons tous ici ce qu’est le capital – à part bien sûr, Mme Robinson ici présente; il devait élégamment reconnaître ses erreurs en 1966). En économie internationale, on lui doit le théorème Stolper-samuelson et le théorème d’égalisation des prix des facteurs (Hecksher-Ohlin-Samuelson), la résolution du « problème de transfert » liant les termes de l’échange et les flux de capitaux, le problème marxiste de la transformation. En macroéconomie, le modèle du multiplicateur-accélérateur, l’explication (avec Solow) de la courbe de Phillips, les modèles à générations imbriquées. En finance, il a redécouvert la thèse de Louis Bachelier décrivant l’évolution des prix des actifs par un mouvement Brownien, anticipant toute la théorie de la finance qui allait suivre (théorie des marchés efficients, théorie du portefeuille). Et on en oublie. A 90 ans, en 2004, il publiait encore un article qui suscitait de nombreux commentaires sur l’évolution du commerce entre les USA et la Chine. Il a obtenu le prix Nobel d’économie en 1970, pour l’ensemble de son oeuvre.

Samuelson a aussi joué un rôle politique, appartenant au conseil pour la politique économique de Kennedy. On lui doit la première et la plus authentique relance budgétaire keynésienne de l’histoire, qui s’est soldée par la plus longue période d’expansion économique connue par les USA. On lui doit aussi plusieurs milliers d’articles grand public, notamment pendant les années 60 et 70 durant lesquelles il tenait une chronique de discussion avec Milton Friedman (qu’il avait connu à l’université de Chicago) dans Newsweek. Il devait déclarer notamment que si les prévisions économiques avaient prévu seulement 4 des 5 dernières récessions, Wall Street avait prévu 9 des 5 dernières récessions ».

Pour résumer : tout économiste, tout étudiant ayant fait de l’économie au cours de la seconde moitié du 20ième siècle l’a fait en se confrontant, en appliquant la méthode de Samuelson; et s’est posé un problème qu’a traité, au moins partiellement, Samuelson. Il est tout simplement l’économiste le plus influent de la seconde moitié du 20ième siècle et le fondateur de l’économie moderne et mathématique. Toute personne qui reproche à l’économie ce caractère mathématique se plaint en pratique de Paul Samuelson. Pour le meilleur et parfois pour le pire, l’économie est aujourd’hui toute entière le fruit de son travail.

Cette méthode a été critiquée : on reproche à ce réductionnisme de négliger les dimensions qu’il ne peut pas modéliser, sa conception trop étriquée des motivations humaines et son caractère a-historique, poussant à un goût plus prononcé pour l’élégance mathématique que pour le réalisme des hypothèses. La critique est parfois justifiée, mais le problème, maintes fois constaté, de l’absence de cette rigueur mathématique, est qu’elle se traduit par une absence de rigueur du raisonnement tout court. Dans toutes les sciences, tout particulièrement les sciences sociales, tout modèle ou idéal-type est faux. C’est oublier que si tout est faux, il y a des choses qui sont moins fausses que d’autres, que les modèles sont des éclairages de la réalité, qu’ils permettent de la comprendre sans s’y substituer. C’est le paradoxe de la carte « réaliste », à l’échelle 1 pour 1, décrit par l’écrivain Jorge Luis Borges : une telle carte serait extrêmement précise, mais parfaitement inutilisable. La rigueur mathématique permet de faire apparaître des choses que l’on n’aurait pas identifiées sans elle, à partir desquelles il est possible de progresser. Krugman s’est par exemple interrogé sur la « perte en ligne » liée à la traduction par Samuelson des idées sur le commerce international de B. Ohlin.

Celui qui vient de mourir aura été le père spirituel de l’économie moderne : tous ses travers, mais toutes ses qualités, peuvent lui être attribués. Il aura été le dernier généraliste d’une science sociale aujourd’hui marquée par l’hyperspécialisation : il n’y aura probablement pas d’autre Samuelson. Quiconque voudra s’élever à sa hauteur aura un immense chemin à faire.

Necrologie du new york Times ici. Post de Krugman. Hommages sur le Wall Street Journal. Une excellente interview dans the Atlantic, en deux parties (premièreseconde). Ed Glaeser sur le blog du NYT. Un post plus complet de Krugman. Une interview dans le New Yorker. Et (enfin) un petit truc dans le Monde.

Les deux interviews de cette liste sont chaudement recommandées. Elles donnent une idée du type d’économiste que Samuelson était, sa capacité à raisonner rigoureusement tout en identifiant de façon remarquable les limites du raisonnement.

Print Friendly
Alexandre Delaigue

Alexandre Delaigue

Pour en savoir plus sur moi, cliquez ici.
Alexandre Delaigue

Derniers articles de Alexandre Delaigue (voir tous)

37 réflexions au sujet de « Paul Samuelson est mort »

  1. C’est une grande perte pour la science économique. J’avais tellement aimé son bouquin d’introduction quand j’étais en première année. Merci pour ce billet.

  2. Quand quelqu’un me demande a quelle école j’appartiens en économie, je dis toujours "Samuelsonien". C’est vraiment triste.

    Je suis en léger désaccord avec ceci: "Il aura été le dernier généraliste d’une science sociale aujourd’hui marquée par l’hyperspécialisation"

    Vous avez Stiglitz, par exemple.

    Réponse de Alexandre Delaigue
    sans comparaison, même s’il est aussi relativement généraliste selon les critères actuels. Vous trouvez la main de samuelson partout : pas celle de Stiglitz.

  3. Je vais un peu chicaner mais quand vous dites "Il est tout simplement l’économiste le plus influent de la seconde moitié du 20ième siècle et le fondateur de l’économie moderne et mathématique" vous n’oubliez pas un peu Arrow au passage ?
    D’ailleurs Samuelson lui-même l’a reconnu : "[parlant d'un classement d'économistes] je suis quand même un peu gêné d’être classé devant un Arrow" (citation de tête que l’on peut retrouver dans l’admirable Repère sur les Prix Nobels de l’économie).

    Réponse de Alexandre Delaigue
    C’est plus facile de se comporter de façon gracieuse quand on est premier de la liste :-) . Et objectivement, il n’y a pas photo.

  4. "On lui doit la première et la plus authentique relance budgétaire keynésienne de l’histoire"

    "Le père de la stagflation", dur dur comme épitaphe.

    Réponse de Alexandre Delaigue
    La célèbre stagflation des années 60… Cut the bullshit.

  5. Mais si, faites un effort! Vous savez bien, le soi-disant compromis entre l’inflation et le chômage, si brillamment introduit par Samuelson et Solow dans les politiques économiques de Kennedy et Johnson.

    Résultat : inflation 1% en 1962, 4% en 1966, 12% en 1974, 13% en 1979. Ca a donné 20 ans de hausse de l’inflation, et il a fallu 20 ans pour faire le chemin inverse. Pourquoi juste les années 60? Ca fait petit joueur!

    Mais vous n’êtes pas obligé de me croire :
    elsa.berkeley.edu/~cromer…
    http://www.j-bradford-delong.net...

    Réponse de Alexandre Delaigue
    Vous devriez plus souvent avoir ce genre de saines lectures :-) . Certainement, les années 60 ont été celles de l’hubris pour les économistes, et les années 70, celles du désenchantement. Certes aussi, Samuelson est relié à l’époque de l’hubris. Le rendre responsable des choix faits par Burns et Nixon est toutefois très excessif.

  6. Non en fait je les ai pas lus, mais je savais que ça vous convaincrait ;)

    Votre article est super. À côté, Krugman ne s’est pas foulé. Je me suis juste étranglé en lisant ces félicitations pour la plus belle relance keynésienne du siècle. Faut pas faire des coups comme ça!

    Sur la controverse des deux Cambridge, je viens de lire ce résumé très clair de Kirzner : docs.google.com/fileview?… Vous dites que Samuelson a reconnu ses erreurs en 1966. C’est sur ce sujet?

  7. L’idée que les maths sont l’instrument indispensable de l’économie a été émise par Walras et Jevons dans les années 1870 et n’a pas eu grand succès pendant les 60 ans qui ont suivi. Le basculement des années 30 est probablement du beaucoup plus à la Cowles Commission (en.wikipedia.org/wiki/Cow… qu’à Samuelson (qui n’en a jamais été membre).
    Je dis ça pour défendre sa mémoire, bien sûr ;->

  8. Citoyen, Stiglitz est un enfant à côté de celui qui vient de mourir…

    Merci Econoclaste. J’aime ce blog pour de tel billet.

    Il est le plus grand de tous. Et tous les Nobels d’économie peuvent en témoigner. C’est à cause de ce mec, notamment que moi je m’intéresse à l’économie et que je veux devenir Professeur d’économie…

    Bob Solow est l’homme le plus triste

  9. C’est une mort qui est plus "importante" qu’un certain coma artificiel d’un certain changeur de veriété francais… :p

    Toute blague mise a part, la synthese est tres interessante. Je ne connaissais pas ce monsieur ni ses travaux et n’avait aucune idée et n’ai toujours pas d’idée de ce que peut etre la portée d’une telle révolution…

    Cela dit, ton post est tres bien écrit et je peux comprendre ce que ce monsieur a pu apporter a l’édifice de l’économie moderne en terme de taille sans comprendre vraiment les détails de chaque pierre.

    Bravo pour ce pavé quoique long ma foi tres interessant! :)

    Et R.I.P. pour ce monsieur, il a eu une vie passionante, semble-t-il! :)

  10. Pas un seul mot (!!!) dans l’édition du Monde d’aujourd’hui (daté du 15 décembre) … Pas même dans le supplément "Economie" … Quand on pense à ce que ce journal a pu représenter pour les gens de ma génération pendant leurs études (je parle d’un temps que les moins de vingt ans …)
    En revanche, si vous allez juqu’à la page Carnet (p. 27) vous apprendrez que "M. Francis BLANCHARD,
    ancien directeur général du Bureau international du travail, préfet honoraire, commandeur de la Légion d’honneur, survenu le 9 décembre 2009,
    dans sa quatre-vingt-quatorzième année" (lui aussi …). On est désolé de l’apprendre …

    Réponse de Alexandre Delaigue
    Les gens paient pour être au carnet :-) . Et contrairement au NYT, je pense que le Monde n’avait pas de nécrologie toute prête. Cela dit, le Monde de votre génération avait les chroniques de Paul Fabra grande époque : celui d’aujourd’hui a P.A. Delhommais.

  11. Non, mais je ne suggère pas que Stiglitz soit comparable a Samuelson, mais je pense qu’il est le même type d’économista "généraliste" au sens où il a des contributions importantes (moins que celles de Samuelson, sans doute) dans tous les domaines (finance, economie publique, macro, micro, etc,…).

    Réponse de Alexandre Delaigue
    Oui. On peut noter que Stiglitz est de la génération des années 70. Et déjà il est bien plus spécialisé que Samuelson. trente ans plus tard, la tendance à la spécialisation s’est accrue encore.

  12. Merci Francisco pour l’interview sur le libre-échange. Il a trouvé le moyen de réfuter la théorie des avantages comparatifs. C’est un club avec Allais! :)

    Sinon voici le commentaire de Pete Boettke sur la place de Samuelson dans l’HPE :
    austrianeconomists.typepa…

  13. J’ai lu le commentaire de Boettke. Honêtement; vous ne le trouvez pas un petit peu égocentrique? Il parle comme si l’économie autrichienne était le centre du monde, comme si tous les grands débats essayaient de répondre a Hayek et Mises et comme si tout avait été inventé par eux et oublié après que la formation aie pris place.

    Je veux bien admettre que Mises et surtout Hayek a eu deux ou trois idées interessantes (disont, son idée sur les institutions spontánnée, le role de la connaissance dans la société et le débat sur le calcul socialiste) mais le gros des innovations théoriques du dernier siècle peuvent s’expliquer sans avoir recours a l’économie autrichienne. Enfin, je vous invite a chercher Kirzner ou Rothbard dans l’index d’un livre d’histoire d ela pensée.

  14. Encore une fois, je suis gonflé par l’attitude des médias. TV5, France 2 et 3, TF1, Itelé, France 24 et etc, aucune de ces télévisions hier n’a parlé de cette mort, pas n’importe laquelle. Mon Dieu, c’est un prix Nobel qui est parti. Bon sang!!! Ils passent leur temps pour des futilités que je dirais inutiles…

  15. J’avoue être aussi un peu surpris, quoique pas tant que ça, de l’absence de cette nouvelle dans les médias. Il n’y a pas si longtemps, le décès de Claude Levi Strauss avait fait parler de lui. Mais bon l’un est francophone, l’autre américain. Identité nationale quand tu nous tiens.

  16. Levis Strass, oui en veut bien. Identité nationale, peut-être, mais après tout l’enfant terrible d’Havard est quand même un Prix Nobel

  17. I think the influence of Dr. Samuelson is summed up nicely by this quote from Kenneth Boulding:

    "Mathematics brought rigor to economics. Unfortunately, it also brought mortis."

  18. @Thomas : L’un blablate et l’autre parle du fond. Lequel va-t-on écouter ? Ne cherchez pas vous êtes en France.

  19. "techniques mathématiques récentes (programmation linéaire, calcul intégral, topologie algébrique)".

    Autant je ne suis pas surpris par les deux premiers points, autant le troisième m’étonne. Pourriez-vous expliquer à un mathématicien, novice en économie, en quoi la topologie algébrique est utile ? (Et de quelle sorte de topologie algébrique s’agit-il, déjà ?)

    Réponse de Alexandre Delaigue
    c’est très utilisé en micro-économie pour fonder l’élaboration des fonctions d’utilité : on passe d’un espace de possibilités dans lequel les préférences sont définies par un préordre total, à une fonction d’utilité concave. Ensuite la démonstration de l’équilibre général repose sur le théorème du point fixe.

  20. @Gu si fang

    Je ne vois pas très bien ce que vous essayez de montrer. J’ai tendance à penser que l’on juge les grands scientifiques en raison de leurs succès et non pas de leurs erreurs. Samuelson s’est planté un certain nombre de fois et je pense qu’il est difficile de trouver une seule où il ne l’ai pas admis (quant à moi, je vois ça comme quelque chose de positif).

    Puis, il y a le truc que tous le monde lui reproche sur l’URSS. Il faut contextualiser un petit peu. D’abord, c’était en partie le reflet du consensus de l’époque. Si vous prenez "Dix Huit leçons sur la sociéte industrielle" vous avez une conception similaire a celle de Samuelson. Schumpetter ou même un gas que vous apprécier peut etre plus comme Revel disaient tous les deux des choses assez pessimistes sur la combinaison économie de marché plus démocratie libérale. Je ne pense pas que l’on puisse suggère que cela leur enlève leur prestige. L’industrialisation des pays communistes faisait peur, voilà tout.

    Ensuite, il faut aussi mettre dans le texte cette fameuse citation. Dans la vingtieme édition qui est je crois la dernière et celle que je possède, il y a aussi un référence au socialisme et l’économie soviétique. Ce qui y est défendu c’est, grosso modo, que le système soviétique a survécu une soixantaine d’années ce qui prouve que ce n’était pas "impossible" (quelque chose qui est impossible a priori ne survit pas soixante ans); c’était juste assez difficile ou, "suboptimal". J’imagine qu’il a progressivement édulcoré cette idée, mais comme je dis, il y a comme même une nuance.

    Finalment, je ne vois pas très bien en quoi tout ceci remet en cause ce que je disait dans l’autre commentaire, c’est à dire, que l’école autrichienne est essentiellement une relique, dont l’intérêt est principalement historique et qui n’a pas de vraie influence dans le débat académique actuel et donc il est artificiel de le présenter comme un combat keynes hayek. c’est un peu comme quand les marxistes voient dans toutes les crises un vindication de leur doctrine

  21. Une petite remarque en passant…
    La notion de concavité (ou de convexité) n’est pas une notion topologique, mais une notion affine…

  22. "l’école autrichienne est essentiellement une relique, dont l’intérêt est principalement historique et qui n’a pas de vraie influence dans le débat académique actuel"
    C’est hélas vrai, mais nous sommes quelques-uns à penser que c’est très dommage et que c’est heureusement en train de changer, et nous essayons d’accélérer un peu le mouvement.

  23. @GSF : Merci pour le lien.
    Où l’on peut lire ceci, entre autres :
    "Samuelson understood that good macroeconomic policies are a prerequisite for good microeconomic policies."
    Krugman dixit …

  24. Sans doute l’un des derniers articles de Samuelson : "A few remembrances of Friedrich Von Hayek" publié début 2009 dans le Journal of Economic Behavior and Organization … Lisible intégralement ici : delong.typepad.com/egregi…

  25. samuelson etait un supra homme, raison pour laquelle il a connu de facon precoce la gloire.seul economiste a combiner mathematique et physique pour devellopper l economie

  26. On ne dira toutefois jamais assez tout le mal qu’il a fait à la théorie économique non seulement en recyclant le keynésiannisme mais également en la mathématisant à outrance et de manière fétichiste au point de lui faire perdre tout contact avec la réalité. Par exemple, dans la treizième édition de son plus fameux opus, Economics, il sera capable d’écrire en 1989 (!) :

    L’économie soviétique est une preuve que, contrairement à ce que beaucoup de sceptiques pensent, une économie socialiste peut fonctionner et même prospérer. C’est-à-dire qu’une société dans laquelle la majorité des décisions économiques sont adoptées de manière administrative, où les bénéfices ne sont pas le motif principal de la production, peut croître durant de longues périodes de temps.

  27. Synthèse impressionnante, sur laquelle je ne tombe que tardivement… via "rationalité limitée". (Par contre, la Théorie Générale date de 1936, soit 3 et non 10 ans avant sa thèse…)

    Au final, s’il n’y avait qu’une phrase à retenir : "réécrire sous la forme d’un problème d’optimisation sous contrainte", métaphore de la méthodologie économique tout entière.
    Pour le meilleur et surtout pour le pire : en information imparfaite l’optimisation sous contrainte à un instant t peut ne pas correspondre à celle qui serait choisie avec une info accessible en t+n. Et l’équilibre intertemporel tombe à l’eau !

    Je ne connaissais pas la composition de son jury de thèse, mais très franchement Samuelson n’a pas rejoint la qualité de raisonnement de Schumpeter dans certains domaines comme la monnaie.

  28. Max, vous écrivez le même commentaire sur tous les blogs ? Vous cherchez à prêcher la bonne parole ?

    Mais bon, je ne vais pas recommencer un débat ici. Surtout vu le fait que vous ne semblez pas prêter la moindre attention à ce que disent vos contradicteurs.

  29. J’étais au MIT en 64 pour poursuivre des études postdoctorales. J’ai souvent discuté avec Pr. Samuelson et aussi Pr. Solow. Si je ne me trompe pas, l’expérience soviétique pendant 70 ans fut une application instinctive du Turnpike Theory qui a tourné mal faute d’avoir été arrêtée à temps. Ce qui prouve que Samuelson avait raison. Mais, il faut connaître cete théorie…

Les commentaires sont fermés.