Stéphane Ménia

Mise à jour au 14/09/2016

négationnisme

La chronique du livre qui nous assure que Cahuc et Zylberberg n’iront pas passer les prochaines vacances d’été avec les gars des économistes atterrés. Un fait scientifiquement prouvé, sans recours excessif à des expériences naturelles.
Je suis un peu vert, je pensais faire honneur au bouquin de Rodrik, Economics Rules, mais j’ai dû arbitrer…

Print Friendly
Stéphane Ménia

Stéphane Ménia

"Je suis l'absence totale d'optimalité de Jack." Pour en savoir plus sur moi, cliquez ici.

10 réflexions au sujet de « Mise à jour au 14/09/2016 »

  1. Sur les 35h,vu que que les réductions de charges du CICE ont eu un effet très faible sur l’emploi par rapport au montant , cela ne penche t-il pas en faveur d’un effet important de la réduction du temps de travail dans la création des emplois dû aux 35h ?

    • Impossible à dire pour le CICE. Trop récent, en plein marasme (qui peut peser plus que le chômage structurel), d’ampleur limitée et pas aussi concentrée qu’on pourrait le souhaiter sur les plus bas salaires. L’OFCE en a parlé en première approche, pour dire en gros que ce qui était donné au coût du travail d’une main était repris à la demande par l’alourdissement de la fiscalité des ménages.

  2. J’ai rien compris. Ils sont gentils ou méchants ?

    Sérieux, merci, super critique.

  3. Merci pour cette excellente recension, la meilleure que j’aie lue jusque-là. J’ai bien aimé ce livre qui informe utilement, je crois, les non-économistes sur la manière dont travaillent les économistes aujourd’hui. Les éléments plus critiques de la fin de votre texte sont bien vus ; ils m’avaient un peu échappés.

  4. J’ai le sentiment assez étrange que vous êtes passé complètement à côté du livre.
    Vous faites des comparaisons avec N. Doze qui n’est pas économiste et ne le revendique pas. Il est juste journaliste et pour l’heure, l’un des rares qui maîtrise un minimum.
    Leur passage sur le salaire minimum montre que l’effet de sa hausse n’est pas un effet absolu mais dépend de conditions restrictives….
    Affirmer qu’Askenazi affirme parfois la même chose est osé.
    Vous ne parlez pas de la controverse universitaire. Pourquoi ? C’est pourtant centrale. Et c’est ce point qui a initier ce livre.

    • Oui, vous avez raison, j’ai dû passer à côté du livre.
      Les mecs d’Alter éco sont autant journalistes que Doze.
      Askénazy dit, lui aussi, sur le salaire minimum, que « l’effet de sa hausse n’est pas un effet absolu mais dépend de conditions restrictives ». Le terme « restrictives » étant, à mon humble avis de type qui n’a pas lu des centaines de pages sur le sujet, mal choisi, c’est « contingentes » qui est approprié.
      Je ne parle pas de controverse universitaire ? Vous voulez dire la guerre pour les postes ou bien la méthode de l’économie ?
      Ok, ça ne vous a pas plu que je dise du mal de Doze et que je regrette l’époque où Cahuc et Zylberberg restaient calmes pour montrer l’apport de la science mainstream. Désolé, mais ici, c’est pas BFM Business.

  5. Merci pour cette chronique très documentée et intéressante.

    Cet type de controverse n’est il pas par nature inhérent à la discipline ? Au 19ème siècle déjà de nombreux auteurs se querellaient sur leurs travaux et sur la manière de prouver qu’ils avaient ou non un caractère scientifique. L’opposition entre courant orthodoxe et hétérodoxe me semble trop réductrice, j’ai souvenir de l’un de mes professeurs d’économie dans les années 80 qui avait développé une pensée hétérodoxe en utilisant des outils classiques, fondée non pas sur la seule méthode expérimentale et l’économétrie (qu’il reconnaissait et pratiquait par ailleurs) mais sur un modèle proche de la physique. Ce mariage contradictoire apparent est l’un des souvenirs les plus marquants de mon parcours universitaire. L’économie n’est elle pas par nature une discipline se trouvant à la confluence des sociales et des sciences dites dures, dans laquelle la psychologie a un rôle majeur ? N’est ce pas ce qui fait sa richesse et son intérêt même ?

    • AU 19ième siècle, Hitler n’était pas né, Faurisson non plus. Et plein de gens qui auraient dû vivre normalement, mais ne l’ont pas pu, non plus. Les controverses disciplinaires (et scientifiques si on considère que l’économie ressemble, au moins par la méthode, à une science ; mon avis) n’ont rien de scandaleux, au contraire. L’outrance, l’argument d’autorité (jusqu’à un certain point) et l’exagération (sur la puissance d’une sous-méthode) ne font néanmoins pas partie des règles de la bonne recherche.

  6. Ne vous inquiétez pas, quand on a eu de très bons profs et lu des bons bouquins (MACHIAVEL, PARETO, SMITH, MARX, KEYNE…) on gardera toujours en tête les grands modèles et développer l’esprit critique grâce aussi à vous et à votre blog.
    En feuilletant les pages de Cahuc et Zylberberg, je ne comprends pas tout, mais j’avais le sentiment que quelque chose ne tournais pas rond, enfin c’était hyper violent pour moi.
    Cahuc et Zylberberg sont asservis chose que Camus a refusée au point de s’attirer les pires ennemis.
    Il faudrait plein de gens comme vous et comme Camus pour ne plus vivre dans une misère intellectuelle.
    Merci pour ce billet
    Bonne continuation

Les commentaires sont fermés.