Service civique obligatoire?

Ce post est paru sur le blog Diner’s Room le 24 juin 2006, blog aujourd’hui disparu. Vu son intérêt sur son sujet, et avec l’amicale autorisation de son auteur, nous le reproduisons ici. il n’y a pas un mot à y changer.

LE PS REINVENTE LA CORVEE

…mais l’enrobe d’un glaçage républicain.

Le parti socialiste envisage en effet d’instaurer un service civil obligatoire. Il s’agit d’un « outil pour recréer un sentiment d’appartenance et d’identité ». La proposition a de quoi séduire qui juge que l’affectio patriotique peut résulter d’une contrainte. On peut même estimer, intuitivement, que le modèle du service militaire a pu offrir les fondements d’une identité commune – c’est sans doute la raison pour laquelle les femmes, qui en étaient exonérées, ont montré une notable indifférence à la nation ; la méfiance prévalait de leur refuser le droit de vote. A tout le moins convenait-il de patienter jusqu’à la fin des conflits armés.

(Lire la suite…)

Un hommage à Bernard Maris

marishonoré

Nous avons reçu le mail suivant, de la revue Mondes Sociaux
:

« Notre collègue Bernard Maris est décédé dans les conditions tragiques que l’on connaît. Les médias ont, à juste titre, rappelé ses multiples facettes : journaliste, essayiste, débatteur, vulgarisateur, romancier, érudit… Peu ont mis en exergue l’enseignant-chercheur. Mondes Sociaux, magazine en ligne de Sciences humaines et sociales, a voulu combler cette lacune en donnant la parole à des chercheurs du LEREPS, laboratoire toulousain auquel il a appartenu pendant huit ans et qu’il a dirigé durant deux années.
« Bernard Maris, un humaniste et un penseur critique de l’économie dominante ».
N’hésitez pas à faire circuler cet hommage dans et hors du champ universitaire, soit en utilisant le lien hypertexte ci-dessus, soit en imprimant l’article (cliquez sur « Imprimer ce billet » en fin d’article).

Bonne lecture. »

Dans mon billet du 7 janvier, j’écrivais de Maris qu’il n’était « pas un chercheur, au sens classique. Vous ne trouverez aucune de ses publications dans les grandes revues spécialisées. ». C’est vrai. Mondes sociaux attire néanmoins l’attention sur son implication dans le monde universitaire. C’est pourquoi je publie leur mail et son lien.

Mais, en réponse à ce dessin (tiré de l’article en lien), je ne résiste pas à la tentation de citer Keynes, histoire que l’on ne jette pas le bébé avec l’eau du bain.

N1

Car, si je me souviens bien (formule purement rhétorique), face aux critiques concernant l’économie, Keynes a dit jadis : « Je préfère avoir vaguement raison que précisément tort ».

Oui, c’est compliqué, l’économie.

Le dessin titre de ce billet a, pour ce que j’en sais, été publié sur le site de Tendance Ouest.

L’affaire de la section d’économie qui n’existait pas

Je voulais me fendre d’un billet plein de modération et de questionnements sur l’affaire de la création d’une nouvelle section CNU en économie. Mais je préfère laisser celles et ceux qui en parlent mieux le faire à ma place. Je vous laisse donc lire ce billet d’Anne Lavigne sur le sujet, dont je partage, si ce n’est la connaissance historico-administrative sur le sujet, du moins les tenants et aboutissants.

Oncle Bernard, tu vas nous manquer

Bernard-Maris

La tuerie au siège de Charlie Hebdo me touche pour plein de raisons. Parmi celles-ci, il y a le décès de l’économiste Bernard Maris, qui écrivait sous le pseudo oncle Bernard chez Charlie. Compte tenu de l’objet de ce site, je vais m’attarder sur ce point. D’autres parleront bien mieux des autres disparus. D’autres parleront également mieux que moi de Maris. Mais je me permets de le faire ici modestement, sans relecture, pour dire qu’il va nous manquer.

(Lire la suite…)