Divertissement pour désoeuvré : cours d’économétrie accéléré pour Nicolas Doze.

Donc, Philippe Marini a trouvé un chiffre. 35 000. Le nombre d’expatriés de 2011. Il nous explique que ce chiffre l’interpelle. Après avoir soigneusement précisé qu’il était difficile d’isoler un facteur déterminant parmi les causes possibles de cette hausse pour 2011, il conclut, non sans évoquer l’effet « chars de l’armée rouge sur les Champs Élysées », que « Le départ des contribuables traduit une perte de confiance, voire un rejet de la France ». Franchement, pas de quoi lui en vouloir. Pour un gars qui est dans l’opposition, la sortie est finalement assez soft et presque mesurée. En apparence, celle de Nicolas Doze, l’est aussi. Mais non, en fait.

(Lire la suite…)