Public Choice in everything

Papandréou soumet à référendum l’accord de l’UE de la semaine dernière.
Si je vous pose la question suivante : préférez-vous être premier ministre légitime d’un pays qui a comme monnaie la drachme ou être premier ministre légitime d’un pays qui a comme monnaie l’euro, vous choisissez quoi ? Ben, l’un ou l’autre, je m’en fous, allez vous me répondre. Du moment qu’on me donne le pouvoir sans risque d’être renversé la semaine prochaine…
Je me trompe peut-être, mais…

Et si c’était la faute de la crise financière et pas de l’euro ?

Alexandre a eu la très bonne idée de parler de la pertinence de l’UEM dans sa chronique du jour chez Libération. Par manque de place, enfin j’imagine, il ne détaille pas beaucoup les raisons pour lesquelles « une union monétaire entre pays différents n’était peut-être pas une si bonne idée que cela ». Dit comme ça, le message est un peu brutal, se limitant à constater que ça ne marche pas et qu’il est inutile de chercher une autre explication. La question mérite d’être posée et la réponse qu’Alexandre donne dans l’article a le mérite d’être dérangeante. Il faut du reste bien resituer cette réponse, en ajoutant ce qui suit dans son texte : « le mandat de la Banque Centrale Européenne est conçu de manière beaucoup trop restrictive, en se focalisant sur l’inflation; que pour rester dans la zone euro, de nombreux pays devront, localement, trouver les mécanismes institutionnels permettant des ajustements des salaires et des prix de substitution, ou devoir en sortir ». Car, en quelques points, il résume bien la problématique de la zone euro à sa naissance, au travers du prisme implicite de la théorie des zones monétaires optimales. Deux mots en complément ici, sur ce sujet.

(Lire la suite…)

Message de service

A part le blog, le reste du site est planté. Un changement sur les serveurs chez Free en est à l’origine. Je dois reconfigurer l’installation du gestionnaire de contenus qui fait tourner le site pour revenir à la normale. Pas le temps dans l’immédiat immédiat. Mais j’espère régler ça sous 24h. Désolé pour le dérangement.

La rigueur de gauche, à l’épreuve du temps et de la politique

Libération résume ce que le programme budgétaire de François Hollande pourrait être. « Une rigueur de gauche qui passerait par une forte réduction du déficit et de l’endettement, mais sans pour cela sabrer aveuglément dans les dépenses et, surtout, en mettant davantage à contribution les Français les plus riches. ».

(Lire la suite…)

Rendement des aides à l’éducation

Le site de The Economist recense un article publié par le NBER sur les aides à l’éducation (payant au NBER, version document de travail disponible ici). Il confirme l’idée usuelle que leur efficacité est d’autant plus marquée qu’elles portent sur les plus jeunes enfants, en précisant comment ces gains se matérialisent. Je reproduis ici le résumé.

This paper examines the effect of early childhood investments on college enrollment and degree completion. We use the random assignment in the Project STAR experiment to estimate the effect of smaller classes in primary school on college entry, college choice, and degree completion. We improve on existing work in this area with unusually detailed data on college enrollment spells and the previously unexplored outcome of college degree completion. We find that assignment to a small class increases the probability of attending college by 2.7 percentage points, with effects more than twice as large among blacks. Among those with the lowest ex ante probability of attending college, the effect is 11 percentage points. Smaller classes increase the likelihood of earning a college degree by 1.6 percentage points and shift students towards high-earning fields such as STEM (science, technology, engineering and medicine), business and economics. We confirm the standard finding that test score effects fade out by middle school, but show that test score effects at the time of the experiment are an excellent predictor of long-term improvements in postsecondary outcomes. We compare the costs and impacts of this intervention with other tools for increasing postsecondary attainment, such as Head Start and financial aid, and conclude that early investments are no more cost effective than later investments in boosting adult educational attainment.

Du mensonge chiffré en politique

Récemment, j’ai été qualifié de naïf ne comprenant rien à la politique ou équivalent. Tout ça parce que j’avais eu le malheur de sincèrement m’interroger sur la signification des divagations du zigzagueur idéologique de la Primaire. Aujourd’hui, je puis dire « divagations » vu ce que le bonhomme nous a montré après, niveau cohérence… Eh, attention, il a eu raison, mais comme je suis supposé le démonter, j’emploie la tactique politique qui paie : faire du non politicard quand l’autre en fait et inversement (wé, j’ai tout lu mon Copé). Ce n’est pas la première fois qu’il est insidieusement insinué que je ne comprendrais rien à la politique cantonné dans mon scientisme. Alors, pour que ma réputation de raclure calculatrice ne souffre pas de ce genre de propos et qu’on ne finisse pas par me prendre pour quelque chose comme un idéaliste, j’ai pris la décision de jouer au con, moi aussi. J’ai créé une rubrique politicons (en deux mots) à cet effet. Et je vais m’atteler à massacrer chaque semaine (si possible) un homme ou une femme politique (à tout prendre, je préfère une femme ; si on s’y prend bien, on peut la faire chialer, cette buse) qui aura sorti une ânerie économique. J’essaierai d’en tirer une leçon politique, sociologique, morale, historique ou sexuelle si besoin (en plus, ça peut pas faire de mal pour l’audience). Si je ne trouve pas de leçon, tant pis, j’occuperai quand même l’espace et c’est forcément mieux que de ne pas exister médiatiquement. Et je ferai cela avec autant de sérieux et de distance que possible, tout en n’hésitant pas, si c’est nécessaire, à grossir le trait ou à faire preuve de la plus grande mauvaise foi. Un bon exercice de politique, en somme. Evidemment, si par malheur aucun représentant du Peuple ne devait faillir une semaine particulière, je retournerais chercher des vieilleries dans les archives (je vous annonce que dès la première occasion, c’est celle-ci que je resortirai). Aujourd’hui, c’est Laurent Wauquiez qui prend deux coups de tatanes dans les dents (des petits, vous allez voir, y avait pénurie, j’ai eu peu de réponses à ma requête twittée), via Désintox de Libé qui l’a capté pour moi.

(Lire la suite…)

Mise à jour – 24/10/2011

Une nouvelle question-réponse sur l’évolution de la dette publique. Il s’agit d’un préambule un peu (pas trop) technique pour un billet plus pratique sur le sujet que je devrais publier dans la semaine. Un nouvel article de la semaine qui porte sur un sujet brûlant, le ciblage du PIB nominal (NGDP targeting).

J’ai besoin d’aide

J’ai un problème inédit dans la gestion de la base de données du site. J’ai une table pour les questions-réponses qui comporte un champ corps qui contient le corps du texte de la question-réponse. Sur la dernière question-réponse j’ai rédigé le texte sous word (pour les équations), j’ai enregistré au format html, j’ai un peu bricolé un peu dans un éditeur de page web (pour des histoires de liens vers les répertoires d’images), puis j’ai copié collé la source dans le champ. J’utilise la version de PHPmyadmin fournie par Free pour valider la requête.

Sur la dernière question insérée, après insertion de l’enregistrement, j’ai le message : Warning: #1265 Data truncated for column ‘corps’ at row 1. Ce qui signifie a priori que l’espace allouable pour le champ corps est insuffisant pour ce que j’ai à mettre dedans. Je suis surpris parce que cette question n’est pas franchement longue par rapport à d’autres. Je ne vois qu’une explication : les différents éléments de mise en forme de la source du document word allongent le texte inséré au delà de la limite. Concrètement, mon texte est partiellement publié.

Vous en pensez quoi ? Je peux faire quoi à votre avis ?

Sortie de livre

Via Olivier Bouba-Olga, j’apprends la sortie d’un livre coécrit par Cahuc, Carcillo, Galland et Zylberberg, La machine à trier, analysant le dualisme de la jeunesse sur le marché du travail (et, de fait, au delà) entre diplômés et non diplômés. Une variation sur un sujet connu qui a visiblement plu à Olivier. Pas étonnant vu les auteurs. Et là, je pose la question (potentiellement naïve) du jour : pourquoi Cahuc&Zylberberg et Eric Maurin ne copublient jamais rien ensemble alors qu’ils travaillent sur des thèmes communs avec des vues plutôt connexes ?

Ah, et puisque j’y suis : un autre titre, à paraître (vite) celui-ci, coécrit par Etienne Wasmer et Marc Ferracci, Etat Moderne, Etat Efficace.

Droits de succession et choix de la date de décès

Une chose est certaine : la famille de Sharon ne le maintient pas en vie en attendant un changement favorable de la législation sur les successions. En effet, il n’y a pas de droits de succession en Israël. Hey, vous pensez que je suis cynique ? Pourtant, la question se pose.

Au fait, vous feriez quoi, vous ?

Quel est votre programme pour sortir de la crise ? Après tout, pour la majorité d’entre nous, à part notre grand mère (belle mère, mère, petit neveu, etc.), personne ne nous a demandé ce que nous en pensions…

Alors, on fait quoi ?

EDIT de Alexandre : Les meilleures idées seront reprises par La Tribune. N’hésitez pas à vous lancer!

Qui est contre l’évaluation des difficultés scolaires ?

Hugues suggère dans Atlantico que les gens qui se sont émus du dispositif d’évaluation en fin d’école maternelle souhaitent qu’on cache ces élèves en difficulté qu’on ne saurait voir. Je pense qu’il fait preuve d’une certaine dose de mauvaise foi. Et je vais expliquer pourquoi. Billet assez peu directement économique (mais un peu quand même).

(Lire la suite…)

Amusant

Sur la place des blogs dans les débats économiques. Il m’a fallu quelques lignes d’une lecture trop en diagonale pour réaliser que par « journals », Krugman désignait les « revues scientifiques » et que son texte portait donc sur la place des blogs dans le débat académique, pas « grand public ». De fait, ce genre de problème ne se pose pas en France. La blogosphère économique est très indigente. On s’y est habitué et mon propos n’est pas de pleurnicher, juste de mesurer le décalage sur cette anecdote. On peut féliciter les économistes qui prennent un peu de temps pour publier des textes d’éclairage de l’actualité. Mais on n’en est pas à des discussions universitaires publiques.

La vielle discussion autour d’IS-LM

Pour les étudiants qui ont étudié IS-LM récemment ou sont en train de l’étudier et s’interrogent sur sa pertinence quand ils abordent les questions de politique monétaire (comme le contôle de la masse monétaire), quelques éléments de discussion qui leur permettront de se rassurer (et de continuer à l’utiliser, mais avec du recul et sans stress).
Un billet sur Economist’s View qui renvoie à un vieux billet de Mankiw.
Un billet plus court sur Marginal Revolution, qui évoque, tout comme Mankiw, le modèle alternatif proposé par David Romer (papier disponible ici). Ce texte de Cowen réagissant à cette critique de IS-LM. On se rappellera aussi du texte de Krugman mentionné par Mark Thoma. Brad DeLong met son grain de sel aussi. Et Krugman vient l’appuyer.
Bon, mon pointage, c’est un peu le bazar. Je vous laisse faire le tri et réorganiser ça.

Les vieux débats ne meurent jamais…

Remarque : les courbes ont disparu dans la question-réponse de notre site. Puisque j’ai commencé à rédiger des questions-réponses sur le modèle Mundell-Flemming, j’en profiterai pour les réintégrer.

Mise à jour – 17/10/2011

Une nouvelle question-réponse. Qu’est-ce que le modèle Mundell-Flemming avec mobilité parfaite des capitaux ? Une première partie (elle-même à compléter), pour donner des billes sur le fonctionnement de la zone euro, d’un point de vue macroéconomique. Le but est d’essayer de donner un éclairage aussi simple que possible (mais académique) sur certains enchaînements macroéconomiques à l’oeuvre dans la crise de la dette. Un billet sur le blog au sujet de la dynamique de la dette est en cours de rédaction aussi.

Krugman sur le Prix Nobel d’Economie

Il rebondit sur l’article dont j’ai extrait des passages hier. Complètement d’accord avec Krugman (ce qui le ravit, j’en suis sûr). Deux extraits significatifs :

« So why does the prize matter? Mainly, I’d say, because it gives visibility. And the main way the Nobel can alter the debate is by highlighting work that wasn’t getting as much attention it arguably should. Something like, say, Herbert Simon’s Nobel can raise the profile of a line of work in ways that affect both public debate and actual research. »

« the Sims/Sargent prize isn’t a vindication of anyone or any particular point of view; it’s basically a signal saying, hey, if you haven’t been aware of this important line of work, now is a good time to read up on it. »

Verbatim de Nobels

Sur les deux lauréats, cet article du NYT, qui contient des points intéressants.

Côté Sargent :

« Asked by a Nobel representative how he would deal with being certified as an economic sage in a time of global economic distress, Professor Sargent was puzzled: ‘Well, I, sorry, I don’t know what’s involved in that. You know, we’re just bookish types that look at numbers and try to figure out what’s going on,’ he said. ‘So I don’t know what to say to that!’ « 

Côté Sims :

« At a news conference at Princeton, he (Sims) was asked to comment on the fiscal and financial rescue operations in the United States. ‘Answers to questions like that require careful thinking and a lot of data analysis,’ he replied. ‘The answers are not likely to be simple.’ Neither he nor Professor Sargent is accustomed to talking ‘off the top of our heads,’ he said. ‘You shouldn’t expect much from us.’ « 

Moins anecdotique :

« Professor Sims doesn’t want to be pigeonholed. ‘I’m not « non-Keynesian » ‘, he said, adding that he has been an active « promoter of new Keynesian macroeconomic models, » because they « are the place in our profession where theory and data and policy decision-making are coming together. »  »

Argentine et Grèce

Sur Slate, une chronologie de la crise argentine de 2002 accompagnée de comparaisons avec la Grèce. Utile, parce que le cas argentin, comme le montre d’ailleurs l’article, est un cas d’école dont on peut tirer des enseignements, en particulier pour la Grèce. Toutes choses égales par ailleurs, bien sûr (j’ai du mal à comparer Grèce et Argentine, malgré les quelques points communs structurels mis en avant par Anne Denis). A rapprocher d’un article plus ancien de Charles Wyplosz, sur Telos.

Si quelqu’un a une source…

Je viens de lire cette page, qui recense les 10 films les plus téléchargés sur BitTorrent. Le tableau fourni met en parallèle les téléchargements et les recettes générées (j’imagine qu’il s’agit des recettes en salle). L’article suggère que la corrélation est positive entre les deux. Malheureusement, se baser sur dix observations ne serait pas très sérieux. D’abord, parce que ça se fait pas (c’est ce qu’on m’a dit depuis tout petit). Ensuite, parce que déduire d’un classement incomplet d’une corrélation générale, c’est pas beau. Enfin, parce que s’il ne s’agit que des recettes en salle, on a une analyse qui est limitée. Il faudrait tenir compte des ventes et locations d’enregistrements pour plus de précision. Même avec ça, on ne pourrait pas trancher (parce que, comme vous le savez, estimer ce que coûte réellement un téléchargement aux ayant droits est compliqué). En attendant, avec l’ensemble des données limitées aux recettes en salle, on pourrait déjà avancer sur la question. Donc si quelqu’un a déjà croisé le classement complet, je suis preneur.

Add: Je n’ai nulle part écrit qu’on pourrait déduire une causalité immédiate entre téléchargements et recettes à partir d’une corrélation. J’aimerais qu’on respecte un peu intellectuellement le type qui signe stéphane… Merci.