Hors sujet total – désolé là, vraiment

Je voulais juste dire que j’ai vu deux spectacles de Stéphane Guillon. L’un alors qu’il était totalement inconnu (en 1996 ou 1997), d’abord. Trois ou quatre ans plus tard, quand son faux départ sur je ne sais plus quelle chaîne s’était soldé par une fin en queue de poisson. C’était très bon. Fin, ironique, drôle, humain. Pas méchant, caustique et bienveillant. Un mélange de Bedos et Palmade (de la bonne époque pour les deux) très prometteur. Et puis, j’imagine qu’il faut bouffer. Il faut faire ce que les producteurs et les publics visés attendent. J’espère que les ressources qu’il accumule à quasi contre-emploi pourront lui donner l’occasion d’opérer à nouveau dans son vrai registre. Stéphane Guillon est un mec bien et son humour est mieux servi quand il n’est pas obligé de se forcer. Je le sais, j’y étais.

Paradoxale Somalie

Intéressant article consacré à la Somalie dans Foreign Policy, qui fournit une description particulièrement effrayante de la situation du pays, « l’endroit le plus dangereux du monde ». L’article décrit aussi très bien les aberrations de la politique des puissances occidentales, qui soit directement, soit par l’intermédiaire de l’Ethiopie, n’ont fait que transformer une situation difficile en cauchemar.

(Lire la suite…)

La médiocrité tranquille

Juste deux mots sur le buzz que j’avais raté et qui rebondit suite à un mea culpa que voudront estimer ceux qui le veulent (pour ma part, j’appelle ça s’enfoncer ; mais bon, je comprends rien à la communication).
Ce qui me fait mourir de rire, ce n’est pas cette définition de la réussite liée à l’argent. Après tout, d’autres vous diront qu’il vaut mieux compter les euros que les cadavres (épargnez-moi le « et ceux qui tuent pour des euros ? »). Non, ce qui me rend cette sortie pitoyable par dessus tout c’est, dans un référentiel de réussite monétisé, la médiocrité de la Rolex. Je vais vous faire une confidence : je n’ai pas de Rolex. Et je vais vous en faire une autre : je n’en aurai jamais, je n’aime pas ces montres. Mais ce n’est qu’affaire de goût vestimentaire car ce sont objectivement de beaux objets. Non, le plus minable, au fond, c’est que le premier venu peut très bien s’en offrir une pour ses 49 ans, soit en épargnant dès l’âge de 20 ans, soit en empruntant (voire en la volant au domicile des Sarkozy ?). S’il a le sentiment d’avoir réussi de ne pas avoir raté sa vie à ce moment là, c’est que la réussite d’une vie c’est à la portée de tous. C’est une bonne nouvelle. Ou pas.

Mise à jour – 22/02/2009

Nous avions été sollicités pour rédiger de courtes réponses à des questions susceptibles d’intéresser les lecteurs de quotidiens régionaux. Finalement, ces textes n’ont pas été publiés. Nous les publions donc en questions-réponses très courtes. Au programme : l’évolution du prix de l’essence, les pratiques "si vous trouvez moins cher on rembourse la différence", l’évolution du coût de la santé, la lutte contre le crime, la rationalité des fumeurs et la polygamie.

C’est vendredi

Deux informations sans intérêt… intéressantes.

Une jeune femme anglaise, ancienne de la téléréalité et atteinte d’un cancer incurable, « vend » ses dernières semaines de vie à la presse pour aider ses enfants. L’article cité parle de plus d’un million d’euros de revenus. Certains ne trouvent pas cela décent (sans pour autant la juger). Un système d’enchères aurait-il pu être mis en place ? Les médias d’un côté, une association formée de ceux qui veulent qu’elle ne se sente pas obligée de passer à la télé. Revenus assurés si les modalités imposent un prix de réserve. C’est triste, évidemment.

Via Eco89, sale période pour les requins. Moins de bouffe disponible, donc moins d’activité… Info intéressante, car elle nous rappelle que l’évolution des attaques depuis le début du vingtième siècle n’est pas à mettre au crédit d’une voracité croissante des requins, mais simplement d’une activité humaine qui rend les rencontres plus fréquentes. Plein d’informations intéressantes sur ce site. Une anecdote à mettre en rapport avec les histoires de morsures de chiens.

La Guadeloupe?

Un lecteur, via la chatbox, nous a demandé quelques explications sur la « vie chère » aux Antilles, autour de l’actualité récente. Pour être tout à fait franc, je ne dispose d’aucune espèce d’expertise sur les spécificités de l’économie locale. Mais si j’en juge par ce que l’on trouve en cherchant à s’informer sur le sujet, ce n’est pas un obstacle pour donner son avis; c’est ainsi que l’on est abreuvés de commentaires sur « l’héritage de l’esclavage », « le poids de la colonisation », ouvrant la voie à une lecture de la situation sans nuances et sans réflexions; comme s’il y avait encore des esclaves en France, comme si le commerce triangulaire et la colonisation, disparus depuis des siècles, pouvaient suffire comme grilles de lecture pour les problèmes actuels. Certes, l’histoire a des conséquences; mais les problèmes économiques du moment peuvent s’expliquer par des raisons beaucoup plus prosaiques. Geographe du Monde a consacré deux posts à la situation des Antilles, (premier deuxième) que je vous invite à aller consulter. Quelques idées par ailleurs :

(Lire la suite…)

Stimulus

Gregory Clark, sur le site de The Atlantic explique pourquoi Obama a raison de mettre en place un plan de soutien massif à l’activité. Andrew Cassel, de Data Points y voit un pari de Pascal revisité.
Pour exciter les masses qui fréquentent ce blog et pulvériser le dernier record de commentaires en date, j’ajoute que je suis entièrement d’accord avec Clark…

Some Unpleasant Social Traitor Arithmetic

Certains syndicats réclament une hausse du SMIC pour relancer la consommation. Ce n’est vraisemblablement pas une bonne idée. C’est une mesure à caractère structurel suggérée pour remédier à des difficultés conjoncturelles. La question du partage de la valeur ajoutée n’est pas réglée et ne se réglera pas dans la période actuelle. Les syndicats n’ont, à mon humble avis, pas intérêt à mettre cela sur la table maintenant, sachant que certains aspects de la crise rendront cette discussion pertinente plus tard (voir les commentaires de Michel Aglietta sur ce sujet, qui méritent à mon sens qu’on y réfléchisse).
(Lire la suite…)

Sisyphisme

Puisque depuis deux jours j’entends fréquemment parler des interventions de Luc Besson sur le téléchargement de films, je pense utile de renvoyer au billet de Mathieu.
EDIT : Eolas vide son chargeur. C’est assez spectaculaire.
EDIT 2 : J’apprends via la chatbox que Frédéric Lefebvre soutient Luc Besson. Il peut. Mais qui soutiendra Frédéric Lefebvre ? Numérama, par exemple. Avec un troisième degré marrant.
EDIT 3 : Ah, et Frédéric Lefebvre se fait encore démonter les dents par Maître Eolas.

L’avenir des médias économiques

J’ai été invité à participer à un colloque organisé par la CCI de Paris, consacré aux médias économiques, qui aura lieu le 10 mars. Vous pouvez trouver le programme ici; Pour assister, vous pouvez vous inscrire (en ligne ou par courrier) en suivant ce lien. Comme vous pourrez le constater, il y a 9 intervenants pour une heure et demie de discussion, ce qui ne laisse que peu de temps à chacun, surtout que les questions traitées sont nombreuses :

Quelle est la spécificité des médias économiques dans le paysage médiatique français et international ? Peut-on s’inspirer du modèle propre à la presse anglo-saxonne ? Quel serait le ou les modèles économiques les mieux adaptés pour assurer la coexistence des anciens et des nouveaux médias économiques ? Pluralisme et qualité de l’offre d’information économique sont-ils compatibles?

Voici l’état de ma réflexion sur ces différentes questions.

(Lire la suite…)

"Vive la crise, à mort la récession" revisité

Comme le fait remarquer Simon en commentaire, le texte initial de Krugman a été interprété par Crook avec un peu de liberté pour valider sa thèse. N’ayant lu que Rationalité limitée en diagonale et le texte de Crook sur le sujet, ce point important m’avait échappé. Globalement, la lecture complète me semble d’autant plus compatible avec ce que je racontais (Krugman avertit autant qu’il ne conseille au sujet du protectionnisme).
Point amusant : Arnold Kling vient implicitement au secours de Krugman (et de la profession, c’est vrai…).
Vous pouvez lire aussi la réponse Krugman à Crook, même si elle me semble sans intérêt pour d’autres que lui.
En définitive, la thèse de l’idéologie de Crook est faible. Oui, le débat n’est pas toujours très clair ces temps-ci. Mais probablement parce que tout cela n’est pas simple. Encore moins quand les experts essaient de peser sur les décisions…

Vive la crise, à mort la récession

Via Alea, je lis cet article de Clive Crook, qui se désespère de la tournure idéologique prise par le débat sur les politiques économiques aux Etats-Unis. Crook n’a pas tort sur beaucoup de choses. Il a en revanche, je crois, tort de s’arrêter à Krugman vs Barro pour valider sa thèse.

(Lire la suite…)

La baisse de la TVA, inefficace?

Etienne Wasmer répond à l’un de ses étudiants :

Question : une relance « à l’anglaise », c’est à dire par une réduction de la TVA, est-elle aussi stupide que Monsieur Sarkozy veut nous le faire croire?

Réponse : la baisse de la TVA est une mesure de relance de la consommation qui me parait bonne car rapide et effective. La relance par l’investissement est plus longue à générer des effets car les projets ne vont pas voir le jour avant plusieurs mois. Or on est dans l’urgence. Je crois que c’est une erreur économique de type idéologique de ne pas avoir relancé la consommation. Il aurait fallu relancer massivement la consommation de façon concertée au niveau européen (car sans concertation, les relances des autres nous servent sans que cela nous coûte donc mieux vaut ne pas relancer nous même, c’est un dilemme du prisonnier) pendant un an et ensuite passer à l’investissement.

La remarque présidentielle est d’autant plus absurde qu’elle n’est validée ni par la théorie, ni par l’expérience. Pour les arguments théoriques en faveur actuellement d’une relance fondée sur la baisse de la TVA, on pourra aller voir Piketty ou Martin. Mais surtout, comme le constate Chris Dillow, les données récentes tendent à montrer un effet positif de la baisse de la TVA britannique. Sarkozy a donc tort en théorie et en pratique. A la télévision française, il y a des traditions qui subsistent : un président peut toujours y raconter n’importe quoi sans la moindre contradiction.

Trader, l’Elysée t’a capté

Comme prévu, pas eu le temps de regarder l’intervention du président. Je pioche dans ce résumé la citation suivante : « Je suis plus choqué par le système de rémunération de ceux qu’on appelle les traders, que les présidents de banques. C’est ce système-là que je veux changer ». Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Je note hélas qu’il est « choqué ». Avant d’être choquant, c’est problématique, sinon on ne serait pas choqué. Un bouc-émissaire par trimestre, c’est un bon rythme. Sur ce, je retourne à mes occupations.

A propos de kezeco.fr

Souvenez-vous. En novembre dernier, le Codice sortait le site kezeco.fr, qui visait selon sa présentation à « Rendre accessible le monde de l’économie, sans prétendre à l’exhaustivité, avec sérieux mais sans se prendre au sérieux », si l’on en croit sa présentation. Le résultat était, disons, pas très convaincant (l’euphémisme du jeudi soir). Très vite, Denis Colombi y relevait des erreurs grossières, et un biais idéologique marqué. Olivier Bouba-Olga devait enfoncer le clou en constatant que kezeco, c’était tout simplement n’importe quoi (ne manquez pas non plus les commentaires des posts). Et les deux de s’interroger sur la fonction du Codice : s’il ne parvient pas à jouer le rôle qu’il s’est assigné – diffuser la connaissance économique – ne peut-il être autre chose qu’une officine idéologique, et de promotion sans nuance des politiques publiques du moment? Et de plaindre Daniel Cohen et Etienne Wasmer, à la tâche difficile de réorienter celui-ci dans un sens scientifique.

(Lire la suite…)