Rendre utile la suppression de la carte scolaire

Que peut-on attendre de la suppression de la carte scolaire? Antoine Belgodère l’avait expliqué, pas grand-chose (voir aussi les commentaires du post). Geographedumonde nous rappelle pourquoi : la carte scolaire n’a jamais eu vocation à promouvoir la mixité sociale, mais participait simplement du dirigisme caractéristique des années 60 gaullistes; c’est la massification de l’enseignement des années 70 qui a produit un peu de mixité sociale, avec des résultats mitigés : la carte scolaire n’a eu historiquement pour effet que d’amplifier le mouvement spontané vers la ségrégation urbaine.

(Lire la suite…)

Une franchise pour les dépenses de santé?

Le gouvernement a l’intention d’imposer une franchise de 10 euros annuels sur divers actes médicaux. Son objectif est de « responsabiliser les patients » et surtout de chercher à combler les déficits croissants de l’assurance-maladie en limitant un peu les dépenses. Responsabiliser les patients a une signification claire : spontanément, ceux-ci consomment trop de soins médicaux, à mauvais escient, parce que ceux-ci sont remboursés. Le lecteur attentif aura reconnu là une perspective économique; c’est l’occasion de préciser ou se situe l’analyse économique en matière de dépenses de santé.

(Lire la suite…)

Quelques déterminants méconnus de la réussite scolaire

Une récente synthèse par le prix Nobel J. Heckman et Dimitriy Masterov (l’article est accessible ici) montre que l’école maternelle est importante pour la réussite scolaire des enfants, et qu’elle constitue un investissement très rentable pour la collectivité.

(Lire la suite…)

En anglais aussi

Via New Economist, je découvre que George Borjas, spécialiste de l’économie de l’immigration (je ne sais pas si le terme est approprié. Disons qu’il travaille sur les questions économiques liées aux migrations) a ouvert un blog. Profitez, tant qu’il en est encore temps, heureux lecteurs. Si ça continue, nous aurons bien du mal à signaler toutes les sorties.

Content

Oui, content. Daniel Cohen vient d’ouvrir un blog sur le site du nouvel obs. Et, en plus, son premier billet est vif. Par contre, j’ai un peu les nerfs, à la marge. Ca faisait un bout de temps que je hurlais à la mort pour que les économistes français bloguent plus. Il aura fallu que la gauche se latte copieusement pour que Cohen s’y mette. Ce sentiment d’inutilité me rend tout grincheux. Bref, la première conséquence positive de l’élection de Nicolas Sarkozy est peut-être à rechercher là…

Je ne suis pas un économiste

Dans sa chronique sur Europe 1, Catherine Nivez, qui n’est pas la seule à le mentionner, nous qualifie d’économistes. En fait, en ce qui me concerne, ça me dérange. Je n’ai pas la prétention de m’attribuer un tel titre. Pour Alexandre, les choses sont un peu différentes. Son expertise réelle le justifie plus, à mon sens. Il nuancerait probablement aussi, dans la mesure où il ne fait pas de recherche. Mais on n’est vraiment pas loin du compte. Je comprends que ce soit plus simple de présenter les choses ainsi. Donc, il n’est pas question de jeter la pierre aux commentateurs qui utilisent le vocable (en fait, je devrais même les remercier d’une telle reconnaissance). J’ai une formation économique s’arrêtant au 3ème cycle et un intérêt suffisamment ancien pour l’économie pour bientôt conter aux petits jeunes l’époque ancienne de la science économique. Mais cela ne fait pas de moi un économiste. Je revendique uniquement la capacité à commenter et diffuser des connaissances sur l’économie. En ce sens, je suis plus proche du journaliste spécialisé en économie que de l’économiste (les tecdhniques de journalisme en moins). Et, bon, euh, c’est vrai, je suis quand même enseignant en économie et gestion, quand même. :-) Je m’insurge régulièrement de ce que n’importe qui peut s’attribuer le titre d’économiste pour ne pas l’usurper moi-même. Voilà, je tenais à donner cette petite précision. Vous m’aimez toujours ? ;-)

Défense d’un blogueur

Via Chris Dillow, on découvre une attaque incroyablement mensongère et odieuse envers le blogueur économique Owen Barder (qui se trouve dans notre liste de liens) parue dans le Daily Mail on Sunday d’hier. En manipulant des propos cités sur le blog (souvent des liens cités pour être commentés par l’auteur) l’article présente le blog de Barder comme celui d’un fanatique d’extrême-gauche obsédé sexuel totalement irresponsable et irrespectueux de son devoir de réserve de fonctionnaire public; quiconque a eu l’occasion de passer sur son blog (nous, par exemple…) ne peut qu’être partagé entre l’effarement et l’incrédulité face à ces accusations grotesques.

(Lire la suite…)

Bienvenue Gizmo !

Nouveau blog d’économie : Le Blogizmo. Gizmo est une mogwaïeuh économiste. Ne la mouillez pas, sinon on va se retrouver avec des Gremlins économistes. N’allez pas laisser des commentaires sur son site après minuit, sans quoi, même sanction (si je me souviens bien, nourrir un mogwaï après minuit a cette conséquence). Une perspective assez peu réjouissante, somme toute…

Du marché comme virus de la démocratie ?

Intéressant texte sur Telos concernant la Chine et la responsabilité sociale des entreprises :

« La Chine est devenue l’un des pays où l’on parle le plus de responsabilité sociale des entreprises. Mais à la différence des pays industrialisés, cette exigence est portée non par la pression de la société mais par l’Etat. Cela pose de sérieuses questions aux promoteurs internationaux de la RSE. »

(Suite)

Le secrétariat d’Etat qui ne sert à rien ?

Eric Besson est donc secrétaire d’Etat à la prospective et à l’évaluation des politiques publiques.

Add : Il semble que certains lisent mal ce que j’ai écrit : je ne souhaite pas que le Parlement ou des offices parlementaires évaluent les politiques publiques.

(Lire la suite…)

La mort de la culture ?

Il se murmure que le ministère de la culture pourrait fusionner avec celui de l’éducation nationale. Voilà qui me ravit. Je deviens mécaniquement un artiste, en quelque sorte (j’opte pour clown comme sous-catégorie). Avouons que c’est assez inespéré. Trève de plaisanterie, le sujet est grave. Mais tant que ça ?

Add (17/05/07): dans mon esprit, plus que les synergies administratives (évoquées pour la forme), ce qui me frappe, c’est que le ministère de la culture dépense largement moins en actions culturelles que les autres ministères (réunis). C’est donc de coordination dans l’utilisation d’un budget supérieur à celui de la culture qu’il est question, à mon sens. Faire deux fois la même chose parce qu’on dépend de deux ministères différents me semble moins utile pour la diversité culturelle que la possibilité de faire deux choses différentes. Après, je suis assez ouvert aux options imaginables. Mais celle-ci en est une aussi.

Add 2 (18/05/07): Le ministère de la culture reste indépendant. Mme Christine ALBANEL est ministre de la culture et de la communication.

(Lire la suite…)

Alfred Chandler, 1918-2007

Il suffit parfois d’une formule pour atteindre la célébrité. Il suffit que la formule soit forte, percutante, et qu’elle capture l’air du temps, pour devenir tellement banale qu’on en oublie parfois jusqu’au nom de son auteur. Pour Schumpeter, ce fut la « destruction créatrice »; Pour l’historien économique Alfred Chandler, ce fut la main visible des managers – titre de son livre le plus célèbre.

(Lire la suite…)