Les blogs, à quoi ça sert?

Par quel autre moyen que la blogosphère pourrait-on obtenir un débat comme celui-ci?

Pas dans la presse, même pas dans une conférence-débat entre économistes qui aurait tourné au pugilat. Le fait de pouvoir disposer des informations et des propos de chacun rapidement, mais d’être ensuite obligé de s’asseoir pour écrire – tout en sachant que des confrères sont prêts à réagir en cas d’erreur – ce qui impose une certaine discipline est une façon de produire des savoirs sous une forme dont nous ne voyons que les prémisses. Oui, les blogs, c’est souvent le nombrilisme, le foutoir, la médiocrité satisfaite et les insultes : mais c’est aussi une façon d’élaborer et de communiquer des connaissances dont nous commençons à peine à saisir les potentialités.

Brève incursion dans la campagne (4) : consensus approximatif

Hier soir, j’ai regardé un bout de l’émission de France 2 avec Nicolas Sarkozy. Evoquant le programme économique, il a annoncé que Rexecode le soutenait et que Blanchard le soutenait. Puis, il a ajouté que « le consensus des économistes » annonçait que seul son programme était à même de créer de la croissance.
J’ai changé de chaîne. J’ai hésité à publier un billet. J’ai vu que Philippe Askenazy avait réagi. Je me suis demandé si je devais prendre le risque de publier un billet qui pourrait être mal interprété. En fait, j’étais furieux. Près de 24 heures après, je pense qu’il faut le dire : c’est un mensonge. Il n’y a pas de consensus sur le programme de Sarkozy chez les économistes. Ni pour Royal, évidemment. L’idée que les économistes puissent, en France, en 2007, se ranger tous derrière un candidat républicain est détestable. J’espère simplement qu’au delà de vous, lecteurs avertis, les autres ne l’auront pas cru. Faites le savoir, vous aussi.

David Warsh, la lecture indispensable un lundi sur deux

Il n’y a pas beaucoup de gens qui savent expliquer de façon compréhensible pourquoi la John Bates Clark Medal accordée à Susan Athey est à la fois importante et méritée. Economic Principals, tenu par David Warsh (auteur d’un très bon livre sur la théorie de la croissance) est décidément une lecture indispensable. Je songe sérieusement à lui payer ses 50 dollars annuels.

Les réformes fiscales auxquelles vous échapperez (probablement)

On cogite sur le système fiscal à Harvard. Chacun de leurs côtés, avec un co-auteur, Greg Mankiw et Alberto Alesina proposent des modifications de la fiscalité. Pour Mankiw et Weinzierl, il faudrait moduler les taxes en fonction de la taille des personnes; pour Alesina et Ichino, il faudrait taxer les hommes plus que les femmes (voir aussi cet article du FT). Quel raisonnement les conduit à ce genre de résultats?

(Lire la suite…)

Facilitez les divorces, vous créerez des mariages

Je me rappelle que lors de la crise du CPE, des commentateurs avaient estimé qu’on ne risquait pas de favoriser les mariages en facilitant les divorces. Alexandre avait joué sur les mots, en s’amusant à une analogie, laissant de côté la critique de fond. Ce billet de Tyler Cowen permet de revenir sur le sujet.

Publication des résultats avant 20 h : éconoclaste va plus loin

Nos lecteurs savent que nous sommes des gens sérieux, soucieux de retenir la polémique inutile. Suite à l’appel de notre colocataire de lieu commun versac à ne pas divulguer de résultats avant 20h le soir de l’élection, nous allons plus loin en militant pour la non diffusion des résultats après 20 heures. En fait, c’est l’anniversaire de mon beau frère dimanche. Et comme ça coince toujours un peu dans les embouteillages au retour, ça m’arrangerait qu’on puisse attendre 23 heures ou minuit. Pourquoi si tard ? Parce que pour voir les résultats, j’aime bien avoir pris ma petite douche, mangé et mis mon pyjama. Ce qui nous conduit dans ces eaux-là…
Pour soutenir notree initiative, vous pouvez publier sur votre site le logo que j’ai conçu pour l’occasion, sur le modèle de celui de Nicolas.

Add (20/04/07): aux lecteurs un peu terriblement coincés : ce billet est destiné à détendre l’atmosphère. Rien d’autre.

Il faut parfois sauvegarder les rentiers

Etienne Wasmer s’interroge sur l’attitude des universitaires juristes, à partir d’un article de Frédéric Rolin. Pour résumer, jusqu’à présent il fallait un master issu d’une université juridique pour passer l’examen d’entrée à certaines professions juridiques, dont celle d’avocat. Les formations juridiques dispensées dans d’autres établissements (écoles de commerce, IEP…) étaient considérées comme insuffisantes. Or récemment deux formations juridiques de l’IEP de Paris se sont vues décerner le titre d’équivalence à la maîtrise de droit, ouvrant la possibilité d’accéder à ces concours, et ouvrant de ce fait une brêche dans le monopole des facultés de droit pour ces concours. Les universités en question se mobilisent; E. Wasmer se demande s’il y a là autre chose que la simple protection d’intérêts corporatistes; pour Authueil il s’agit simplement de préserver son monopole. C’est l’occasion rêvée d’illustrer la notion de rente ricardienne et de montrer tous les problèmes que ce concept pose à l’analyse économique.

(Lire la suite…)

Il a piqué l’idée à Stan !

Un peu de proche histoire de la pensée économique. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la petite histoire des menu costs sans jamais oser le demander [1], Mankiw vous le dit. Et j’en dis un peu (à peine) plus en français.

Notes

[1] Référence à l’illustre première partie de l’ouvrage de Mark Blaug, La méthodologie économique (Economica, 1982); première partie intitulée Ce que vous avez toujours voulu savoir sur la philosophie des sciences sans oser le demander.

(Lire la suite…)

Avant qu’on ne nous accuse de complaisance ultralibérale…

Oui, Wolfowitz a merdé. Et non, la Banque mondiale n’avait pas besoin de cela. Quelle que soit l’issue et les charges réelles (l’article de The Economist montre que la situation n’est pas aussi caricaturale qu’il n’y paraît), Wolfowitz aurait pu réfléchir un peu plus avant d’agir.
Merci de ne pas venir déverser des torrents d’anti-américanisme primaire en commentaires.

Poisson d’avril. Et pourtant…

Via Economist’s view, qui lui même le tenait de Mahalanobis, ce bon poisson d’avril. Je l’avoue, comme il est très bien foutu et même si je me suis demandé si le 1er avril n’était pas de la partie, j’y ai cru un long moment. Mais pour écrire un truc pareil, il faut du vécu. Non pas que French soit mis en doute. C’est même trop gros, vu le crédit de Fama. Mais pour des chercheurs de plus faible notoriété, j’ai quelques souvenirs de couples assez désassortis. Ce qui est intéressant, c’est que les cours ne trompent pas. Même si vous sentez chez un prof des difficultés à faire passer un cours, il est généralement simple de faire la différence entre celui qui n’est pas un super pédagogue et celui qui est tout simplement mauvais.

Add : Bon, allez, je l’avoue : sur éconoclaste, c’est moi qui publie tout. Alexandre ne connaît rien en économie.

Je suis une balance

Quelque part en France, un enseignant d’économie qui assure un cours en deuxième année de la filière Droit des relations économiques internationales a probablement donné un devoir à ses étudiants. Parmi eux, il y en a un qui nous a demandé il y a quelques jours de lui donner les réponses aux questions posées (voir le corps du billet). Ne recevant pas de réponse, il a décidé de nous relancer (pour vérifier si le mail était bien arrivé…).

(Lire la suite…)