Pourquoi le prix du café équitable baisse-t-il?

En faisant mes courses au supermarché cet après-midi, j’ai constaté que mon magasin habituel faisait une lourde promotion sur certains produits du « commerce équitable ». Comme je n’étais pas allé depuis longtemps au rayon concerné, je m’y suis arrêté pour constater que contrairement à ce qui prévalait ne fût-ce que l’année dernière, le prix du café équitable avait en moyenne considérablement diminué, au point qu’il n’y a plus guère de différence entre le café « normal » et les produits « équitables ». C’est l’occasion de quelques constats.

(Lire la suite…)

Toi aussi, deviens ministre du budget

Jeune de France, tu veux devenir un cyberministre de l’économie, des finances et du budget? Ce sera bientôt possible. Le ministère du budget devrait faire paraître au mois de mai un jeu video en ligne simulant la gestion du budget de l’Etat en France, appelé Cyberbudget (via PSDblog). Vous avez 300 milliards d’euros, qu’en faites-vous? Je me demande quel est le degré de réalisme du jeu. Reçoit-on des coups de téléphone du premier ministre pour verser des subventions inutiles à des groupes de pression braillards? Est-on viré si on refuse? A suivre en tout cas.

Dans un style proche, cet autre jeu permet de se retrouver dans la peau d’un ministre chargé du commerce extérieur, dans un cadre de modèle HOS. J’ai essayé, c’est un peu rébarbatif.

L’histoire met parfois du temps à s’écrire…

Je songe à écrire une question-réponse sur le modèle à générations imbriquées avec capital, dit « modèle de Diamond ». Etudiant, alors que j’en entendais parler depuis plus de deux ans, il a fallu néanmoins que je sois en DEA pour qu’on m’explique que le modèle à générations imbriquées que je pensais être une création exclusive de Samuelson, suivi ensuite par Diamond, avait été inventé à la même époque par Allais (en 1947, dans son ouvrage « Economie et intérêt », si je ne m’abuse).

(Lire la suite…)

Bill Gates devrait réviser son économie géographique

Au hasard du Financial Times de ce week-end, je tombe sur un article retraçant la récente visite de Bill Gates au Vietnam. Devant un auditoire d’étudiants en informatique conquis d’avance, il leur a déclaré : “With the internet having connected the world together, someone’s opportunity is not determined by geography . . . but by the investment in education that you make,”, ce qui peut se traduire par « comme l’internet a connecté le monde entier ensemble, les opportunités d’un individu ne sont pas déterminées par la géographie, mais par les investissements en éducation qu’il fait ». L’idée n’est pas nouvelle, ni très originale : elle est au coeur du récent livre de l’ineffable Thomas Friedman, qui nous explique que désormais, la terre est plate.

Comme souvent lorsqu’on touche aux questions économiques, ce n’est pas parce qu’une idée paraît plausible, ou est répétée inlassablement, qu’elle est vraie. L’idée de non-pertinence de la géographie dans un monde dans lequel les coûts de transport des marchandises et des informations chutent ne fait pas exception à la règle.

(Lire la suite…)

Petit trésor caché du web

Trouvé sur la page perso de Pierre-Philippe Combes, les drafts d’un manuel d’économie géographique cosigné avec Thierry Mayer et Jacques-François Thisse (dont j’ai d’ailleurs ajouté la page personnelle dans nos liens). Les chapitres sont téléchargeables ici et, en dépit des apparences, c’est la version française qui est en ligne. Pour les plus acharnés de l’économie géographique, il ne vous échappera pas que la page de Thisse contient un lien vers une page réunissant tous les textes du « Handbook of Urban and Regional Economics« . Alors, là, franchement, qui on remercie, avec la bise et tout et tout ? Bah… les auteurs.

Deux sujets

Alain Lefebvre, co-auteur de « faut-il brûler le modèle social français » (un livre qui, pour faire court, recommande l’adoption du modèle social scandinave en France), vient d’ouvrir un blog consacré aux sociétés des pays nordiques. J’ai déjà écrit qu’à mon avis, ces discussions de « modèle social » ne mènent à rien, et qu’étant données les différences entre sociétés, implanter le modèle scandinave en France présente à peu près autant de chances de succès que l’installation d’une usine de semi-conducteurs au milieu du Kalahari; néanmoins, ce blog présente un réel intérêt descriptif des expériences de ces pays, qu’il n’est certainement pas inutile de connaître. L’auteur connaît bien son sujet, et apporte des informations complètes et roboratives.

Tout à fait autre chose : ce soir est diffusé « le cauchemar de Darwin » sur Arte. Pour tous ceux qui le regarderont, mais n’aiment pas être des téléspectateurs idiots, je recommande chaudement les trois billets (le premier, le second, le troisième) que Milan avait consacrés à ce film. Par ailleurs, via Gusifang, vous pourrez lire l’article des « temps modernes » qui critique ce film, ainsi que la réponse de son auteur.

Forum "La nouvelle critique sociale"

Reçu par mail chez lieu-commun :

Nous tenions à vous informer de la tenue d’un Forum intitulé la Nouvelle critique Sociale à Grenoble du 12 au 14 mai 2006. Cet évènement est organisé par la République des Idées et l’Agence nouvelle des solidarités Actives en partenariat avec Le Monde et France Culture.

On peut trouver leur blog ici. Parmi les intervenants, Philippe Askenazy, Bruno Amable, Jean Pisani-Ferry, Nicolas Véron, Eric Maurin, Bruno Palier, Marie Duru-Bellat ou encore François Dubet.
A priori, pas inintéressant du tout.

Comment devenir riche en lisant le journal

Il y a deux choses qui sont déplaisantes quand on est économiste : s’entendre dire que l’économie, c’est nul et ça ne sert à rien; et ensuite, recevoir une demande de conseil pour devenir riche. Hélas, les compétences nécessaires pour devenir riche sont assez éloignées de la connaissance de l’économie. C’est pour cela que je suis très fier, aujourd’hui, de vous proposer un moyen infaillible de devenir milliardaire. C’était dans les pages « Opinions » du Monde, donc c’est forcément vrai.

(Lire la suite…)

Service après-vente des billets

En décembre dernier, je relevai ici un ouvrage de Caroline Fourest, « La tentation obscurantiste ». Je constate aujourd’hui qu’à la suite de je ne sais quel tralala de récompense accordée au bouquin de Fourest, un article du Monde du 18 avril (« Les lauriers de l’obscurantisme », accès payant) signé par trois universitaires allume le travail de Fourest.

(Lire la suite…)

Nouvelle bonne lecture

L’association Capafrique, dont l’objectif est de donner une vision de l’Afrique différente du misérabilisme que le sujet suscite ordinairement, tout en s’intéressant aux questions de développement, vient d’ouvrir un blog. Une très bonne initiative, qui mérite le détour et des visites régulières, et qui vient enrichir de la spécialité du développement le « clan des sept ». De plus, l’association vient de produire un document de travail sur le microcrédit.

Grâce à eux, je viens de découvrir qu’il est possible de voter pour le gagnant annuel du Commitment to development award. Bien évidemment, j’ai voté pour William Easterly; mais d’autres propositions sont dignes d’intérêt.

Découvrez ou redécouvrez ces chefs d’oeuvre oubliés…

J’ai republié mes billets perdus l’été dernier dans la migration de notre blog vers Dotclear. Je sais que des millions de fans avaient perdu le sommeil à l’idée de neplus pouvoir lire ces textes que je qualifierai sobrement d’ « importants ».
Plus modestement, c’est vrai que des fois ça énerve de rechercher un truc qu’on est certain d’avoir lu quelque part. C’est désormais du passé avec mes vieux billets.

(Lire la suite…)

En foot aussi, la société, ça n’existe pas

Thierry Henry, rapporté par l’AFP :

Je ne dois rien aux supporteurs d’Arsenal. La seule chose que je doive à quiconque, c’est à mes parents de m’avoir mis au monde.

Une phrase (que je suppute sortie de son contexte) qui pourrait faire un beau sujet de philo ou de réflexion sur la nature de l’activité économique, n’est-ce pas ?

Add : Comme je le supputais fort justement, mais en deçà de la réalité, la phrase de Thierry Henry était plus que sortie de son contexte, puisque la traduction est très approximative et perd une proposition qui lui donne un tout autre sens. Bien vu JCK (s’il faut lire le foot en anglais aussi…). Henry innocenté, le message reste…

(Lire la suite…)

L’autre débat inutile : misère de la politique macroéconomique européenne

L’Europe est riche en débats qui ne mènent à rien. Les débats qui ne mènent à rien sont des discussions en général savantes, passionnées, dans lesquelles sont échangées des arguments plus ou moins justes et intelligents… Mais qui ne servent à rien, car ils passent totalement à côté de l’essentiel. Dans le genre, il y a le débat social (la France doit elle changer son modèle social pour devenir comme les allemands anglais hollandais irlandais les derniers en date sont les scandinaves) dont on avait parlé ici il y a quelques temps. Telos nous offre un autre débat de ce style : la politique macroéconomique, ou le choc des titans : la demande contre l’offre.

(Lire la suite…)

Effets économiques de l’immigration, seconde partie : salaires et emploi

Esther Duflo s’étonne, dans son article du libération de lundi, du peu de place dans le débat français de la prochaine loi sur l’immigration. Elle en profite pour présenter l’une des plus célèbres analyses économiques des effets de l’entrée de migrants sur l’emploi et les salaires, celle que David Card avait consacré au Mariel boatlift. Le débat est d’actualité en France, mais également aux USA, ou une nouvelle législation sur l’immigration fait l’objet d’un débat houleux. C’est l’occasion de reprendre une série entamée il y a quelques temps sur les conséquences économiques de l’immigration.

(Lire la suite…)

L’impossibilité de la réforme, la disparition des sociologues et le biberon de 23 heures

On convient aisément que l’affaire CPE ne facilitera pas la tâche de ceux qui, aux affaires, voudront mettre en place de nouvelles mesures dans les semestres à venir. On en convient si bien que l’antienne de « la France irréformable » est de retour aux côtés du « refus de la précarité imposée par le grand capital ». On pourra certes dire que je peux tourner les choses dans tous les sens, ce qui s’est joué ces dernières semaines montre encore que la France est impossible à réformer. Cette rengaine me fatigue. J’y vois désormais une impasse intellectuelle et politique.

(Lire la suite…)

Partenariat

Comme vous l’indiquait SM, il y a peu, les membres de Lieu Commun nous ont proposé de les rejoindre dans leur grand complot pour la domination du monde. Nous avons longuement réflechi à cette proposition, pour finalement l’accepter.

Premièrement, parce que nous nous reconnaissons, pour l’essentiel, dans la présentation du site et de son objectif.

Deuxièmement, parce que nous pensons que l’économie peut participer d’un débat plus général sur la société, à côté de toutes les autres disciplines susceptibles de donner un éclairage sur la marche du monde. Jusqu’à présent, nous avions voulu rester autant que possible en dehors de ce débat; lieu commun nous semble un moyen à la fois de conserver notre autonomie de scientifiques lugubres, tout en participant à celui-ci.

Enfin, parce que nous apprécions tous les membres participants à Lieu Commun (Sauf bien entendu Emmanuel, qui s’obstine à rester supporter de l’AJA).

Communement situés

Vous avez peut-être remarqué la présence du logo « Lieu commun » sur le côté droit, surmonté d’un très officiel « Partenariat ». C’est que nous allons effectivement nous associer à l’initiative lieu-commun.org. Nous avons longuement réfléchi à la question et vous expliquerons en quelques mots pourquoi nous avons accepté d’y prendre part. Explications à venir dans peu de temps…
Nous ne sommes pas mentionnés encore dans la page de lieu-commun. C’est normal.