Ma dernière réflexion simpliste du jour de l’année (29/12/2004)

Dans le quotidien qui sort pas le matin (probablement du fait d’un accord collectif qui interdit aux ouvriers de se lever tôt le matin – un véritable acquis social pour lequel il faut lutter :o ) ), je lis : « Malgré l’ampleur du séisme en Asie et le nombre de victimes, les compagnies d’assurances estiment que cette catastrophe naturelle aura peu d’impacts sur leurs comptes, contrairement aux cyclones qui ont sévi dans le golfe du Mexique à la fin de l’été. Les uns après les autres, assureurs et réassureurs se sont employés, lundi 27 décembre, à faire partager cette vue par les investisseurs, afin de limiter l’impact négatif sur leurs cours en bourse. La grande majorité des dégâts occasionnés par les raz de marée « ne sont pas assurés », et les zones géographiques touchées « sont clairement délimitées », a souligné le premier réassureur mondial, l’allemand Munich Ré. ‘Le secteur de l’assurance au niveau mondial pourra surmonter les éventuelles charges », a ajouté son porte-parole’ « . Et là , je me demande : si quand je me cartonne avec ma caisse une fois tous les dix ans, je paie un peu plus cher l’année suivante (et en fait, à vie, du fait du système bonus-malus) ; si quand il y a un tsunami qui massacre tout, les risques ne sont pas assurés, alors qu’est-ce qui peut bien effrayer une compagnie d’assurance ? Première bonne résolution pour 2005 : contacter mon conseiller financier et acheter de l’assurance. Autre bonne résolution : aller bosser un jour férié de plus en 2005 pour envoyer le produit fiscal aux pays d’Asie touchés. Comment ça, je serai tout seul ?

Petits commentaires personnels sur le prix des lecteurs du livre d’économie 2004

Alexandre a récemment évoqué le prix du lecteurdu livre d’économie 2004, organisé par le Sénat. Le vote a lieu en deux tours. A l’issue du premier tour, trois livres ont été retenus parmi la liste de dix : le Cahuc-Zylberberg vire en tête, suivi du Askenazy et par un truc écrit par deux gars. Je suis assez ravi de ce classement. Les deux premiers sont vraiment d’excellents essais, nous l’avons dit et redit (ils sont chroniqués élogieusement dans la partie chroniques du site). Et si j’ai voté pour Cahuc et Zylberberg, c’est dans une logique de « vote utile » qui m’a posé un petit cas de conscience. De par son volume et l’état d’aboutissement de ce qu’il contenait, je considérais que c’était le meilleur. Mais le livre d’Askenazy est un petit texte très efficace, qui mérite de figurer dans le duo de tête. Il est plus court, mais contient une grille d’analyse dont on peut espérer entendre reparler dans les années à venir. Craignant que le Cahuc-Zylberberg ne soit pas retenu du tout, je me suis résigné à ne pas apporter un coup de pouce au texte d’Askenazy. Heureusement, d’autres l’ont fait pour moi.Est-ce que ce vote a une signification réelle ? Sincèrement, j’en doute. 1540 votants, dont probablement une majorité d’initiés, une bonne part de potes ou de grand-tantes connectées au net. Pas de quoi se faire d’illusions sur le goût sûr des français en matière de textes économiques. Néanmoins, si ce prix du livre d’économie semble anecdotique, il faut savoir que son lauréat sera annoncé dans Le Monde (si mes souvenirs sont bons), ce qui constitiue une tribune non négligeable et un lectorat supplémentaire potentiel notable. De ce point de vue, j’incite ceux qui lisent ces quelques lignes et partagent notre vision de l »information économique à voter pour le second tour. Pour ma part, je renouvellerai le vote du premier tour, ne serait-ce qu’en raison du 3ème titre présent dans la liste.Askenazy ou Cahuc-Zylberberg, choisissez l’un ou l’autre, mais faites un tour sur cette page à partir du 5 janvier. Et votez… Un petit mot sur les éliminés. La dernière place du Brender & Pisani est injuste. Et le Salanié ou le Artus aurait mérité de remplacer le 3ème, puisqu’il est question de livre d’économie…
Joyeux Noël.

Quelques lectures

< !DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD HTML 4.01 Transitional//EN"> Quelques lectures hivernales intéressantes. La protection de la propriété intellectuelle en matière de médicaments est-elle excessive? Le débat fait rage Outre-Atlantique, beaucoup moins chez nous, et c’est bien dommage. On peut aller visiter le nouveau blog à deux voix de Gary Becker et Richard Posner sur le sujet pour une introduction au problème. Ce sujet concerne tout particulièrement les pays en développement, sujet qui avait été abordé ici il y a quelques temps.  Cet article de James Surowiecki dans le New Yorker propose une solution astucieuse pour augmenter l’innovation et la production de médicaments susceptibles d’intéresser le Tiers-Monde. Les compagnies pharmaceutiques sont-elles vraiment exemptes de tout reproche? le Pharmapoly génère de nombreuses nuisances pour les consommateurs.

(Lire la suite…)

Travailler plus pour travailler moins : commentaire de Ceteris Paribus

< !DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD HTML 4.01 Transitional//EN"> Emmanuel sur Ceteris Paribus a lancé un fort intéressant débat consacré à l’amélioration du bien-être dans les pays développés en réduisant la quantité de travail. Cette question a été indirectement abordée sur ce blog dans un post récent; par ailleurs le sujet devrait faire l’objet de développements complémentaires, puisque le message a pour l’instant décrit le sujet de façon fort complète, avant un prochain post consacré aux moyens. Je ne saurais que trop recommander la lecture du post de Ceteris Paribus sur le sujet; je voudrais apporter ici quelques idées et commentaires sur cette question.

(Lire la suite…)

Le mercantilisme est un crétinisme

< !DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD HTML 4.01 Transitional//EN"> Sonnez le tocsin! c’est la guerre économique, et la France est en train de perdre! Le granquotidiendusoir l’a écrit dans son édition de dimanche-lundi 12-13 décembre: il y a « alerte sur le commerce extérieur de la France! ». Renseignements pris, de quoi s’agit-il? Alors que depuis une dizaine d’années le commerce extérieur français connaît un excédent, le mois d’octobre fait apparaître un « solde négatif de 2.1 milliards d’euros« . La France « peine à trouver de nouveaux marchés », ce qui va « peser sur la croissance » nous explique-t-on. Et bien entendu, il faut agir sans délai pour restaurer notre « compétitivité » et le gouvernement « n’agit pas ». On se croirait dans un de ces mauvais films produits par Jerry Bruckheimer dans lesquels on a toujours un acteur, la mâchoire serrée par le stress et le danger, pour déclarer au beau milieu de l’action « passez-moi le président! ».
Plus sérieusement, cela nous rappelle que nous ne sommes pas débarassés de l’une des rhétoriques les plus idiotes du discours économique : le mercantilisme.

(Lire la suite…)

Délocalisons les médécins

< !DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD HTML 4.01 Transitional//EN"> En vue d’obtenir un certain nombre de revendications, des médecins français ont décidé de « s’exiler » symboliquement en Espagne cette semaine. Quelles que soient leurs revendications, les médecins ne devraient pas utiliser ce type de moyens d’action, qui risquent de rappeler à leurs payeurs que les soins de santé constituent l’un des secteurs dans lequel on peut s’attendre, au cours des prochaines années, à une élévation importante du commerce international, avec l’essor considérable des importations de services médicaux des pays en développement vers les pays développés.

(Lire la suite…)

Page de publicité

Il n’y a pas le moindre doute : le meilleur livre d’économie français de l’année 2004 est le chômage : fatalité ou nécessité de Pierre Cahuc et André Zylberberg. Il y a sans conteste d’autres bons ouvrages sélectionnés pour le prix du livre d’économie du Sénat, mais celui-là le mérite le plus amplement. N’hésitez donc pas à aller voter pour ce livre sur le site du Sénat. Si vous faites assez vite, vous pourrez même gagner une place pour la conférence qui  accompagnera la remise du prix.

Y a pas que le CAC ; hélas, c’est là qu’est l’os…

< !DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD HTML 4.01 Transitional//EN"> Un lecteur nous a demandé récemment notre opinion sur l’émission « y a pas que le CAC » sur itelevision, émission hebdomadaire de débat économique entre Philippe Chalmin et Bernard Maris. Pour ma part je ne connaissais même pas l’existence de cette émission, ne regardant jamais itélévision (et n’y étant pas abonné). Ce week-end, je suis tombé sur une demi-heure de cette émission. Je n’ai peut-être pas eu de chance, suis tombé sur un mauvais jour ou un mauvais passage; mais le moins que l’on puisse dire est que je ne suis pas franchement convaincu par ce que j’ai vu de cette émission.

(Lire la suite…)

Ma réflexion simpliste du jour (07/12/04)

Ma réflexion simpliste du jour porte sur l’hypothèse de complétude des marchés. Je cherche un enregistrement de l’émission de Drucker avec Sarkozy. Quelqu’un peut-il me la vendre ? Si je trouve un vendeur, donc un type qui l’a enregistrée, alors j’en concluerai deux choses :1. Il y en qui s’emmerdent grave le dimanche2. Il est temps de revoir en pronfondeur la notion d’optimalité attachée à cette hypothèse de complétude…

Bonnes lectures

En périphérie de l’économie, quelques bouquins intéressants récemment publiés. Pour faire rapidement un état des lieux sur le match Open Source – Microsoft, La bataille du logiciel libre Pour lire le projet de constitution europénne dans les salles d’attente et les bus ou métros, une micro-édition qui tient dans une petite poche, La constitution européenne . A signaler aussi la sortie en poche de L’ennemi américain : généalogie de l’antiaméricanisme français.

Plus vite que son ombre

< !DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD HTML 4.01 Transitional//EN"> Qui a dit que les services publics français ne savent pas faire des gains de productivité? Lundi dernier, j’ai été malencontreusement flashé à une vitesse excessive sur une voie rapide (124 km/h au lieu des 110 km/h règlementaires). Le 3 décembre, on m’expédie l’avis de contravention, qui arrive le lendemain. N’étant pas chez moi les 4 derniers jours, je ne découvre la surprise qu’hier soir dans ma boîte aux lettres.

(Lire la suite…)

Retraites et croissance de la population

< !DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD HTML 4.01 Transitional//EN"> La croissance de la population peut-elle sauver les systèmes de retraites européens en rétablissant les proportions actifs-retraités? D’après l’ONU, ça n’est pas gagné. Il faudrait d’après un récent rapport (rapport complet ici, version résumée ici, et article dans le financial Times ici) 90 millions de migrants d’ici à 2050 rien qu’en France pour maintenir les taux de remplacements de 1995 (avant la réforme). C’est beaucoup, mais pour l’Allemagne, c’est 181 millions de migrants qu’il faudrait…

(Lire la suite…)

Médicaments et propriété intellectuelle

< !DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD HTML 4.01 Transitional//EN"> Aujourd’hui avait lieu la journée mondiale contre le SIDA 2004. L’évènement tend à faire moins de bruit qu’autrefois, et les articles que l’on a pu lire ici et là ont traduit une évolution salutaire : on a parlé des comportements risqués, décrit des initiatives réussies jouant sur les incitations par exemple. Evidemment, on n’a pas évité les flonflons et les formules creuses; il s’agit cependant d’un changement notable par rapport aux dernières années, durant lesquelles les débats étaient centrés sur une question : celle des médicaments génériques dans les pays en voie de développement, et du rôle (bien évidemment pernicieux) de l’Organisation Mondiale du Commerce sur ce sujet. C’est l’occasion de revenir sur cet épisode et de clarifier quelques points.

(Lire la suite…)

Quelques liens sur l’Ukraine

Moins de postage sur blog ces derniers jours. Le résultat d’une petite fatigue en une fin d’année bien chargée. Mais aussi la tête ailleurs, préoccupé par une actualité internationale qui relègue les questions économiques, pour le moment, au second plan. Je veux parler des élections Ukrainiennes, dont l’enjeu est extrêmement important pour la démocratie, et qui rappellent que certaines controverses sont bien mineures si on les compare avec ce qui fait depuis sa création la grandeur de l’union européenne : la diffusion de la démocratie libérale dans tout un continent. Sans vouloir développer le sujet car ce n’est pas l’endroit, petit florilège d’adresses qui m’ont intéressé sur ce sujet Ukrainien.

(Lire la suite…)

Un nouveau blog sur la constitution européenne

Plusieurs excellents bloggers francophones ont eu l’excellente idée de regrouper leurs talents pour lancer Publius, un blog consacré à la future constitution européenne. Une oeuvre extrêmement utile, dans laquelle on trouve d’ores et déjà des posts très fouillés et d’excellente qualité. On ne peut que les inciter à continuer dans cette voie. Au passage, j’en profite pour signaler un intéressant working paper d’Alberto Alesina et Roberto Perotti, intitulé « The European Union : a politically incorrect view ».

(Lire la suite…)

Encore un peu de psychoéconomie

Quelques tests concernant la réaction des gens face au risque. On considère les trois problèmes de choix suivants :
 problème 1 : choisissez l’une de ces deux loteries :
– A : gagner 240 euros avec une probabilité de 25%, et 75% de chances de perdre 760 euros.
– B : gagner 250 euros avec une probabilité de 25%, et 75% de chances de perdre 750 euros.

problème 2 : choisissez entre :
C : un gain certain de 240 euros
D : 25% de chances de gagner 1 000 euros et 75% de chances de ne rien gagner.

problème 3 : choisissez entre :
E : une perte certaine de 750 euros
F : 75% de chances de perdre 1 000 euros et 25% de chances de ne rien perdre.

Réflechissez bien, notez vos trois réponses; puis passez à la suite.

(Lire la suite…)

Le fantasme démographique

Dans le Point du 18/11/2004, on peut lire un article de Jacques Marseille, donnant à la France 20/20 pour sa croissance démographique, dans une Europe qui est selon lui en train de se « suicider » par diminution de sa population. et l’auteur de s’étonner que les différentes comparaisons internationales laissent de côté les aspects démographiques, voyant là une façon de dénigrer la France en sous-estimant ses performances face à une Europe en train de mourir. Marseille se trompe : la vraie raison pour laquelle les questions démographiques sont laissées de côté, c’est parce que le fantasme de l’affaiblissement démographique est une spécialité typiquement française qui n’a aucun fondement rationnel.

(Lire la suite…)

La maladie des coûts

Une façon d’expliquer pourquoi le progrès technique (qui permet de produire plus avec moins de travail) ne conduit pas à une diminution de l’emploi dans le reste de l’économie est la métaphore du pain et du fromage, présentée dans les questions-réponses d’Econoclaste. Pour résumer, si la productivité augmente dans un secteur de l’économie mais pas dans les autres, cela aura pour effet de déplacer la main d’oeuvre de secteur à secteur, mais sans réduire l’emploi total (sauf à supposer que les consommateurs n’ont plus de besoins à satisfaire, ce qui n’est pas près de survenir). Cette façon de présenter les choses est cependant incomplète, car elle néglige un facteur important, identifié par l’économiste William Baumol durant les années 60, qu’on appelle le « cost disease » (la maladie des coûts).

(Lire la suite…)

Ma réflexion simpliste du jour (18/11/04)

Le gouvernement Jospin avait interdit de faire (beaucoup) d’heures sup dans le privé (rapport aux 35 heures). Le gouvernement Raffarin va obliger à en faire (un peu) dans le public (le projet de loi Fillon prévoit d’imposer 2 heures sup maxi par semaine aux profs pour remplacer des collègues absents). Mais ! Euh ! On va pouvoir faire un peu ce qu’on veut un jour ou quoi ?! Le gouvernement Jospin avait interdit de faire (beaucoup) d’heures sup dans le privé (rapport aux 35 heures). Le gouvernement Raffarin va obliger à en faire (un peu) dans le public (le projet de loi Fillon prévoit d’imposer 2 heures sup maxi par semaine aux profs pour remplacer des collègues absents). Mais ! Euh ! On va pouvoir faire un peu ce qu’on veut un jour ou quoi ?!

Une émission bien peu capitale

Ce blog ayant ces derniers temps, pour des raisons essentiellement conjoncturelles, réduit le rythme de ses piques envers Nicolas Sarkozy, je m’y colle, avec le commentaire rapide de la première moitié de l’émission Capital de dimanche dernier, consacrée aux prix trop élevés, dont notre futur-ex ministre des finances était l’invité.

(Lire la suite…)

Faut-il écouter Jeffrey Sachs ?

Jeffrey Sachs est l’un des économistes les plus célèbres et probablement les plus influents des 20 dernières années. Un récent long article à son sujet dans le New York Times a valu une floraison de commentaires, depuis un article mi-sérieux mi-amusé dans The Economist jusqu’à une véritable volée de bois vert dans la blogosphère de langue anglaise (voir ici pour un résumé des amabilités). Qu’a-t-il donc fait pour susciter tant de discussions?

(Lire la suite…)